Par Sarah Nieutin

ISBN : 978-2-957909-64-3

Nouvelle

15 pages

Auto-édition

Ma cote : 7/10

Ma chronique :

La Nature, deux cabossés et une rencontre. L’un écrasé sous une chape de désillusions et de perte complète de tous ses repères, l’autre, en fuite, écumant de rage autant que d’humiliation et mesurant parfaitement la profonde injustice que de juger les êtres à la couleur de leur peau.

L’un est prostré, replié sur son chagrin et pleurant les derniers espoirs qu’il misait sur un prétendu bonheur. L’autre, jetée dans une course folle qu’elle finira en se crashant dans la terre et un grand cri de rage à faire taire tous les criquets et les oiseaux du soir.

Et le silence s’installe, juste ponctué par quelques paroles qui d’agressives et centrées sur soi deviennent curieuses et décentrées sur l’autre jusqu’à la bienveillance réparatrice. Mais le gagnant est ce silence partagé, cette paix offerte à la nature pour qu’elle réchauffe les cœurs, les dilate et les ouvre à l’à-venir.

15 courtes pages qui donnent à Georgia la force de se recentrer sur la sagesse que lui a transmise sa mère et qui permettent à Lawrence de croire en un demain possible.

« Ma mère m’a toujours dit que la nature guérissait tous les maux. Je crois qu’elle a raison. Lorsque nous sommes malades, elle nous soigne avec des plantes. Lorsque la méchanceté des hommes nous frappe, elle nous emmène auprès des animaux afin que nous n’oubliions pas que la bonté et la gentillesse existent. C’est ce que je suis venue chercher dans la forêt ce soir. La haine et la peur ont trop tendance à me faire oublier la douceur qui nous anime »

Voilà, aussi bien le phrasé, le vocabulaire que les idées sont simples, efficaces. Naïveté, niaiserie ? Et pourquoi pas plutôt sagesse, espérance et finalement moyen de survie ?

J’ai apprécié la lecture de cette nouvelle. Le temps que je lui ai consacré est de bien courte durée et de faible poids par rapport au regard que je pourrai avoir, un peu plus, j’espère, sur la gentillesse naturelle du monde animal qui sait bien mieux prendre soin de lui que nous de la Nature, de la Terre et de nos congénères.

Merci à Sarah Nieutin pour sa confiance et ce partage.

Ce qu’en dit l’autrice :

Missoula, 1987.  Par une chaude soirée d’été, dans la forêt de Pattee Canyon, deux âmes ébréchées se rencontrent. Georgia, descendante des Blackfeets, vit dans un tourbillon de racisme où seule la nature est capable de soigner ses blessures. Lawrence, patriotique dans l’âme et prêt à tout pour réaliser ses rêves, déchante lorsque tout son monde s’écroule. Brisé et enfermé dans ses choix de vie, il ne sait pas comment il pourra s’en sortir.

Pour les deux adolescents, c’est le début du « Nous-Chemin ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s