De Gabrielle Tuloup

Roman

Editions : Philippe Rey

EAN : 9782848767840

172 pages

Ma cote : 8/10

Ma chronique :

‘Sauf que c’étaient des enfants’. Oui, et alors ? Cela excuse tout ?

Avec un style qui semble léger, même sur un sujet dramatique, Gabrielle Tuloup signe, avec ce roman, une pertinente interpellation du monde adulte. Sans négliger Fatima, la jeune fille victime d’un viol en réseau par des petits cons du collège dont elle souligne le courage d’oser parler, l’autrice s’attache surtout à cerner les réactions, attitudes, croyances et questionnements du monde adulte. Les parents, les enseignants, la direction. Que n’ont-ils pas vu, dit ou fait qui aurait pu empêcher ce ‘fait divers’ qui porte tellement mal son nom pour la victime comme pour ses bourreaux ?

Avec son approche sensible, courageuse, intelligente, Gabrielle Tuloup dénonce les dysfonctionnements sans accuser les auteurs. Elle est au-delà de la vindicte populaire. Elle ne cherche pas des coupables, elle cherche des solutions, des manières d’éviter, de réparer l’irréparable.

Un texte qui ne laisse pas indifférent l’ancien responsable d’école que je suis, conscient que, plus que probablement, des élèves ont été victimes de ce type de harcèlement de groupe qu’il ne faut pas réduire à une lâcheté de quelques-uns mais qu’il faut saisir pour s’interroger sur ce qu’il convient de mettre en place pour prévenir cette négation profonde de l’être homme, victime ou bourreau.

Ce qu’en dit l’éditeur :

Un matin, la police entre dans un collège de Stains. Huit élèves, huit garçons, sont suspectés de viol en réunion sur une fille de la cité voisine, Fatima. Leur interpellation fait exploser le quotidien de chacun des adultes qui entourent les enfants. En quoi sont-ils, eux aussi, responsables ?
Il y a les parents, le principal, les surveillants, et une professeure de français, Emma, dont la réaction extrêmement vive surprend tout le monde. Tandis que l’événement ravive en elle des souvenirs douloureux, Emma s’interroge : face à ce qu’a subi Fatima, a-t-elle seulement le droit de se sentir victime ? Car il est des zones grises où la violence ne dit pas toujours son nom…

Avec beaucoup de justesse, Gabrielle Tuloup aborde la question de l’abus sexuel dans notre société. Le lecteur, immergé dans l’intimité de personnages confrontés à la notion de consentement et aux lois du silence, suit leur émouvante quête de réparation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s