de Antoine Renand

Editions: Robert Laffont (12 03/2020)

ISBN: 978 2221 246 979

Ma cote: 9 / 10

Ma chronique:

Fermer les yeux. Titre dont l’ambiguïté se révélera de manière dramatique tout au long de ce roman qui s’avale en apnée. Dominique Tassi, adjudant voit sa vie basculer lorsqu’il prend le volant avec un verre de trop. Les yeux se ferment, un instant et toute la vie bascule. L’embardée, la mort de sa fillette de 7 ans, le ménage qui craque et l’alcoolisme qui s’engouffre davantage et prend le dessus.
Couvert par ses collègues gendarmes à propos de ce dernier, Dominique Tassi continue l’exercice de ses fonctions mais dans quel état! Lorsqu’une gamine disparaît et est retrouvée morte dans les bras d’un berger qui dit l’avoir découverte, Tassi met sur ce dernier la pression maximale, obtient des aveux et la justice lui donne raison par une peine de quinze ans fermes.
Mais voilà, avec d’autres disparitions, d’autres cadavres, Tassi, devenu retraité, veut secouer la gendarmerie et relancer l’enquête, moins convaincu, semble-t-il qu’il ne l’était au moment de la première disparition. Mais personne ne veut ni l’entendre, encore moins le suivre.

Tassi va se lancer dans l’enquête de son côté. Il cherchera de l’aide auprès de l’avocate du berger et d’un écrivain spécialiste en psychopathes! Avec maîtrise du sujet, Antoine Renand, l’auteur, nous plonge dans une enquête complexe, aux rebondissements judicieux et avec une fin inattendue. L’écriture est efficace, simple et accessible sans effort. Les péripéties et rebonds sont distillés à bon escient et font mouche. le lecteur suit jusqu’au bout et, en toute logique, ne boude pas son plaisir… Quoique, il faut bien l’admettre, les clichés sont nombreux, les trucs et ficelles du genre parfois assez gros mais, dans son créneau, « Fermer les yeux » est et reste un bon moment de détente.

Fermerlesyeux #NetGalleyFrance Merci, une fois encore à la confiance accordée par NetGalley et la maison d’éditions Robert Laffont grâce à qui j’ai pu découvrir ce livre.

Ce qu’en dit l’éditeur:

2005. Dans un village perché d’Ardèche, la petite Justine, sept ans, disparaît.

Rapidement, les habitants s’organisent et lancent des battues dans la nature environnante.

Les recherches se prolongent jusque tard dans la nuit mais ce n’est qu’au petit matin que le gendarme Tassi découvre quelque chose…

« Antoine Renand, on va beaucoup en entendre parler ! » Damien Thévenot, Télématin.

« Plus qu’un excellent polar, une pépite ! » Sandrine Bajos, Le Parisien, sur L’Empathie.

« Aussi haletant qu’angoissant ! » Michel Primault, Femme Actuelle, sur L’Empathie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s