De Shari Lapena

Editions Presses de la Cité – Pocket (21/09/2017)

ISBN: 978 2266 286 275

Ma cote: 7 / 10

Mon avis:

La lecture de « Le couple d’à côté » est courte, facile, addictive et cependant surprenante. Shari Lapena signe, avec ce titre, un premier roman qui, incontestablement, tient la route. Harlen Coben va même jusqu’à dire, en bas de couverture, qu’il s’agit d’un « Parfaitement ciselé et toujours sur le fil du rasoir » … phrase qui, selon moi, ne signifie pas grand-chose mais, je le suppose, est censée gonfler les ventes.

Cependant, je le reconnais d’entrée de jeu, l’écriture de Shari Lapena coule et se laisse boire avec simplicité. Le récit est au présent, ce qui donne un sentiment de suivre les travaux d’enquêtes de l’enquêteur Rasbach en temps réel. Tout y est simplement formulé, les lieux d’actions et personnages sont peu nombreux et les descriptions présentes sont strictement réservées aux clés de compréhension du récit et des personnages. L’auteur s’entend à entrer dans la tête des protagonistes pour exprimer leurs pensées, les inquiétudes et ressentis face au drame qui se joue. Et même si ce dernier est la disparition d’un enfant, sujet maints fois déjà traité en littérature, le lecteur se prend de compassion pour Cora, ce bébé qui dormait dans sa chambre alors que les parents étaient invités chez les voisins en ayant pris la précaution de brancher le babyphone et de se relayer toutes les demi-heures pour passer voir bébé dans son berceau.

Mais au terme d’une soirée bien arrosée et génératrice de quelques tensions entre Marco et sa femme, Anne, sujette à une dépression post-partum, le fait est là, dramatique, Cora a disparu. A quoi faut-il s’attendre ?

Le récit prend alors la tournure d’un bon polar. Aucun des personnages n’est tout à fait transparent et les zones d’ombre de chacun donne du relief à leur déstabilisation.  Rasbach, enquêteur méthodique, dépourvu, semble-t-il d’empathie mais subtil et bardé d’intuitions a devant lui un nœud de relations tendues à démêler. De Anne, maman fragile et depuis toujours en difficulté psychologique et Marco, entrepreneur plus ambitieux que doué pour faire tourner sa boîte aux parents de Anne, mère richissime et beau-père bourré de mépris pour son gendre, en ne négligeant pas les voisins, couple sans enfants mais aux fantasmes bizarres, l’enquêteur va se laisser guider par les faits, les cachoteries, les réactions des uns et des autres à ses provocations et le lecteur, embarqué dans une tourne-page addictif, va le suivre jusqu’à, probablement, le précéder pour pressentir qui est le vrai coupable dans l’histoire.

Mais, là où l’écriture de Shari Lapena garde toute sa force, c’est dans la motivation de toute cette arnaque. Quels sont les moteurs internes, les non-dits, les pans de vie à cacher qui génèrent tant de réactions apparemment inadaptées ? L’habileté de Lapena à ne pas tout dire trop vite donnera au lecteur le plaisir de ne découvrir qu’en dernières pages le pourquoi du comment ! C’est donc une réussite, un livre qui offre un bon moment de détente et qui, plus est, n’a pas besoin de tremper toute l’histoire dans un bain de sang pour nous faire prendre conscience de l’enchaînement stupide des folies des uns et des autres protagonistes. Un roman sur la fragilité d’un couple que l’actualité fissure, une piste d’atterrissage de bien des suspicions et de confiances brisées au sein de la famille.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Ce soir, Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins, le couple d’à côté. Comme la baby-sitter annule au dernier moment et que les maisons sont mitoyennes, Marco convainc Anne de laisser Cora, 6 mois, dans son berceau et d’emporter le babyphone. Tout se passe comme prévu malgré la chaleur écrasante, l’alcool, et les avances que fait la voisine à Marco. Mais lorsqu’ils rentrent enfin chez eux, Anne et Marco découvrent un berceau vide. Leur foyer douillet se transforme en scène de crime envahie par les uniformes, la culpabilité, l’effroi, l’angoisse et la suspicion…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s