***Rentrée littéraire 2019 #3***

Par Jean Le Gall

ISBN: 9782221200223

Editions: Robert Laffont (22/08/2019)

Ma cote: 6/10

J’ai eu la chance de recevoir ce livre en version papier, avant même qu’il ne sorte en librairie. En effet, cette chronique a été réalisée dans le cadre des Explorateurs de la Rentrée 2019, organisation de Lecteurs.com et des maisons d’Editions. Merci pour leur confiance.

Ma chronique:

 « L’île introuvable », une surprise ! J’en termine la lecture, ferme le livre, le dépose sur la table. Je le regarde et me contemple : trempé, éclaboussé de la tête aux pieds par des évocations, des anecdotes, des critiques à l’égard d’écrivains et de leurs écrits. J’émerge d’un bain de littérature, à tout le moins d’une douche de critiques littéraires. Je ne m’y attendais pas ! Je laisse dégouliner, je respire, reprends souffle et je tâche de me faire une opinion. Qu’ai-je bien pu trouver à cette île introuvable ?

La fragrance qui colle à la peau, le musc qui imprègne mes doigts après avoir tourné chaque page de ce récit romanesque est un subtil mélange des traces laissées par des ‘huiles littéraires’ s’étant un jour crues essentielles : Balzac, Cohen, D’Ormesson, Dumas, Houellebecq, Hugo, Sulitzer,  pour ne citer qu’eux, de mémoire mais dans l’ordre alphabétique, et par un auteur original, Jean Le Gall, atypique dans le traitement de son sujet.

En effet, « L’île introuvable » est avant tout un roman littéraire. Un roman ‘genèse’ qui expose les affres et tourments d’un ‘écrivant’ rêvant de devenir écrivain et d’être publié, lu, encensé par les lèvres du tout Paris. Ce qui apporte de l’originalité dans le traitement du sujet, somme toute assez commun, c’est la prise pour cibles de toutes ces huiles dans le chef d’Olivier RAVANEC, anti-héros, auteur en quête d’imagination qui voudrait jouer dans la cour des grands et qui sue toute sa rancœur de ne pas l’être. Il n’a trouvé pour se sentir un peu moins mal que l’idée de prendre plaisir à déprécier tous les capitaines aux longs cours de la littérature qui ont jeté l’encre bien plus loin que lui. Ce roman est donc une histoire de jalousie !

Mais c’est aussi un roman d’amour et jalousie ! Une histoire teintée de passions confirmant l’adage : ‘l’amour commence à trois !’ Car Ravanec ancre sa vie dans un amour décalé pour Dominique  Bremmer, cadre des Editions Gallimard, alors que l’amour en date est un autre, celui qu’elle porte à Vincent Zaid. Tandis qu’elle excelle dans l’art de plaire et déplaire, toujours occupée à se montrer trop vraie sans jamais être vraiment de son temps, lui se vit tout à la fois criminel, mafieux, impresario de génie, noceur, amoureux transis, violent et assoiffé de vengeance.  Et, bien sûr, ce roman d’amour sera donc aussi un roman de jalousie qui ne sera pas que littéraire, et pourra virer à la vengeance.

Enfin, « L’île introuvable » est peut-être avant tout le roman de la désillusion.  Zaid, Bremmer et Ravanec n’ont jamais imaginé devoir s’adapter au temps d’après. Le monde leur appartenait, déjà ou en promesse ! Comme du sable, il a fui entre leurs doigts. Les certitudes d’hier sont devenues inadaptées, celle de demain pas encore inventées. Comment se sentir de nouveau appelé à vivre après avoir brûlé une jeunesse pensée éternelle? Vivre une telle métamorphose tiendrait du miracle… Mais, il en est, dit-on, capables de faire renaître des Phénix de leurs cendres… Mais là, silence ! Je ne dirai rien de plus à propos de l’histoire. A chacun de larguer les amarres, cap sur l’île…

Quant à l’écriture, j’ai aimé chez Jean Le Gall l’art de bâtir un roman qui se façonne à travers le temps, les époques, les priorités d’alors et les ambitions de toujours. Il utilise beaucoup, mais de  manière efficace, la mise sous tension d’idées proches dont la juxtaposition inattendue fixe le cadre, les personnages, leurs idées. Ex : « Dans les campagnes, les coqs se répondent. En ville ce sont les voitures. » ou « Je veux faire un roman romanesque ou le sujet serait la littérature. […] ou tout ce qui est proscrit dans les recettes habituelles serait autorisés : l’humour, la digression, le commentaire du commentaire, le mélange des genres […] et même la politique. Un roman total, totalement emmêlé. »

Incontestablement, il a le sens de la formule  et bien qu’il fasse dire à Ravanec : « C’est curieux: mes idées semblent appartenir à tous et mes sentiments ne tenir qu’à moi », le lecteur se prendra plus d’une fois à partager les sentiments des personnages sans nécessairement faire siennes leurs idées.

A travers son écriture, Jean Le Gall lève le voile sur la vie de tout écrivain en butte avec ses points de vue, d’interrogation ou d’exclamation qui assènent des vérités aussi irréfutables que les contrevérités qui leur donnent corps. Le roman touche alors à plus grand, plus large que lui, le roman  se fait invitation !

Permettre au lecteur de croire l’histoire, d’accepter le romanesque de cette île qui concentre des personnages pleins de curiosités ! Et tant pis si l’on perd parfois le fil du récit, noyé de digressions telle la représentation du système planétaire des grands noms de la littérature (digressif mais superbe travail, repris aux pages 242-243). L’auteur se connait amateur de ces chemins de traverse, de digressions. L’auteur s’oblige à ponctuer son récit d’une voix off rassurante : ‘On se rappellera que Ravanec…’   Et, surfant sur ces ruptures de rythme, le lecteur pourra méditer sur le fait que toujours, face au temps qui passe, les modes se façonnent, s’estompent et s’effacent. Au-delà ou à cause de cette « île introuvable », le lecteur prendra davantage conscience de ce temps qui passe.

Puisse-t-il avoir envie de reprendre en main le sien et de s’immerger, une fois encore, dans ce que les écrivains ont à nous conter. 

Ce qu’en dit l’éditeur:

Il faut rappeler comme une loi que la vie n’est jamais pareille à la littérature et, surtout, que c’est une folie de vouloir remplir sa vie de littérature. Puisse ce livre ou un autre, mais plutôt ce livre, démontrer l’inverse. » Olivier Ravanec.
Au-dessus d’une petite île de la Méditerranée, un hélicoptère survole un château en flammes. À son bord, un « enquêteur d’assurances » lancé sur la piste d’un écrivain passé de mode et néanmoins recherché : Olivier Ravanec. Sa disparition est d’autant plus troublante qu’elle survient quelques mois à peine après celle de sa compagne, l’éditrice Dominique Bremmer. « Une histoire d’amour, avait dit un jour Ravanec, c’est trois personnes minimum. » Songeait-il en particulier à ce roi déchu de la nuit parisienne, dont Dominique avait été longtemps éprise ? Lui s’appelle Vincent Zaid ; son intelligence est aussi vraie que dépourvue du moindre esprit, et si sa fortune lui a donné beaucoup d’amis, sa condamnation pour meurtres les a fait disparaître. Ravanec, Bremmer, Zaid : trois créatures venues d’un prétendu âge d’or – les années 80 – et qui n’ont pas retrouvé leur place dans le « monde d’après », attiédi et salement hygiéniste.
Ici commence le roman, le vrai, celui qui déborde, celui de la vengeance, où l’on verra justement qu’une passion pour le romanesque peut vous offrir toutes ces aventures et mésaventures qu’on appelle, par commodité, « un destin ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s