Par Arno Geiger

ISBN: 978 2072787726

Editions Gallimard (29/08/2019)

Ma cote: 8/10

J’ai eu la chance de découvrir ce livre, avant sa sortie en librairie, dans le cadre des Explorateurs de la rentrée 2019, découverte organisée par Lecteurs.com

Ma chronique:

Un sujet sensible soutenu par un vocabulaire à la hauteur.  Quand je me plonge dans un livre, je souligne, annote les marges, sème ci et là des symboles cabalistiques repérant mes étonnements, le renforcement de mes convictions, les interrogations suscitées par le roman ou le besoin de recours au dictionnaire. « Le grand Royaume des ombres » terminé, je m’interroge : Quel est le message de Arno Geiger ? Ecrit à l’origine en langue allemande (Autriche), ce livre a été traduit en français par Olivier Le Lay. Cette transposition utilise un niveau de vocabulaire élevé, riche en nuances, subtil et utilisé à bon escient. Ce n’est, en effet, pas tous les jours que je découvre dans mes lectures des termes tels calembredaines , clabauder, quémander, riboulant, arpions, calame, affidavit et d’autres encore. De quoi réjouir le lecteur que je suis, amoureux d’un vocabulaire large et nuancé. Heureux aussi d’avoir dû, parfois, retourner au dictionnaire pour affiner et élargir ma palette lexicale.

Le titre, un silence feutré qui me parle. Même si je me situe en dehors des personnages du roman, je le sens, j’y ai ma place. Pourquoi ce titre ? Qui, que sont ces ombres ? En quoi fondent-elles un grand royaume ? Un titre n’est jamais innocent, au pire il n’est que commercial mais ici, l’humeur même des prises de paroles des personnages plonge le lecteur dans une réalité, une vision du monde, de l’humain et de l’inhumain qui annule toute idée d’un simple étiquetage marketing de l’édition.

La jaquette, elle aussi désarçonne.  Un aplat noir,  troué par une fenêtre ouverte sur une nature restée nourricière, des montagnes, symbole probable de frontières, de fermetures, d’obstacles alors que la neige en recouvre les sommets semblant rendre toute élévation, toute échappée impossible, d’autant que le ciel  est plombé par un bombardier qui laisse peu d’espace au besoin d’air libre. Mais le ciel, malgré quelques nuages, reste bleu et confirme le cycle des saisons autorisant l’espoir d’un temps de renouveau, de dépassement, de renaissance.

Je reçois toutes ces informations en clair. Même dans un cadre morbide, Arno Geiger réaffirme la possibilité de se focaliser sur la timide lumière de l’espoir, ce dernier, partagé, pouvant atteindre la vertu et se nommer alors Espérance.

Dans ce roman, on trouve des hommes et des girouettes. Des Hommes (hommes et femmes) battus, exploités, niés mais qui gardent la dignité des gens debout alors qu’en face, on pointe des arrivistes, profiteurs, parvenus par intérêt, lâcheté et couardises. Ils ne sont que coquilles vides… mais emplis du pouvoir de nuire et de ruminer des vengeances d’autant plus dures qu’ils se sentent de plus en plus menacés.

Une invitation à réfléchir. Le lecteur ne peut que se demander dans quel camp il se laisserait happer, par conviction, par dépit, par faiblesse ou par peur et envie première de sauver sa peau ? Veit Kolbe, le héros de ce roman le répète plus d’une fois. Alors qu’il n’est plus en accord avec les vues suprématistes de ses donneurs d’ordre, il ne peut oublier qu’il a lui-même, sur le front russe, fait preuve de violence, de cruauté tragique et injuste. Il ne peut donc et ne pourra jamais nier que ce fut aussi sa guerre. Et son agir ne peut s’oublier derrière une boîte de sardines distribuée une seule fois aux juifs marchant en colonne vers la mort. Ce ‘cadeau’ qui ne sera jamais fait qu’une seule  fois par bien des motards de la Waffen-SS ne réparera en rien les atrocités commises. Mais il permettra au ‘généreux donneur fourbe’ de le raconter des centaines de fois pour se dédouaner des atrocités commises et laisser croire qu’il avait en lui une once d’humanité.

« Le grand royaume des ombres » est un roman de choix. Veit Kolbe devra choisir entre la bassesse dont il a fait preuve au sein de la guerre qu’il a menée, avec ses atrocités, ses négations de toute humanité, la faiblesse d’avoir suivi le mouvement sans trop s’inquiéter des valeurs qu’il véhiculait et la droiture qui lui commande, même instinctivement, de s’en affranchir en stoppant sa participation active à l’exécution des ordres reçus, de choisir son camp, d’aider Margot et son bébé ou le Brésilien, frère de sa logeuse mais aux antipodes de choix politiques de cette dernière et de son mari collabo. Et le moindre de ses combats ne sera certes pas celui à mener contre les visions théoriques des vertus de cette grande et belle guerre que son père veut lui inculquer… jusqu’où devra-t-il composer avec son oncle, trouillard, profiteur, planqué dans le camp de la force officielle mais illégitime ?

J’ai aimé ce livre construit sur des échanges épistolaires, des nouvelles banales qui disent ce dont on peut parler tout en laissant entendre des jugements éthiques à propos des choix posés par les uns ou les autres. Et si ce livre, à aucun moment, ne se présente comme une thèse structurée, implacable qui assène ce qui est bon, vrai et uniquement digne d’être pensé, il montre combien, même au fond du fond, au plus noir d’une époque que personne ne voudrait vivre ou revivre, le regard posé sur le monde peut repérer celui qui a besoin d’aide, de soutien.

« Le grand royaume des ombres » trouve son plein sens dans cette lueur d’espoir qui n’éclabousse pas tout d’une luminosité éblouissante, évidente. L’éclairage subtil de l’espoir et de l’entraide permet seulement de distinguer des zones d’ombre et d’autres de lumière, des promesses de possibles jours meilleurs. C’est cette fragilité même d’un espoir du lendemain qui rend le livre crédible.

Oui, il est encore possible de lever les yeux vers un envol d’oiseaux, d’écouter le chant du vent, l’appel à aimer et aider ceux qui vivent autour de nous.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Au mitan de la Seconde Guerre mondiale, dans l’ombre du Drachenwand, cette paroi rocheuse qui surplombe le lac autrichien de Mondsee, le jeune soldat viennois Veit Kolbe goûte quelques mois de convalescence. À l’abri de ce paysage alpin qui lui ferait presque oublier les combats, il couche dans son journal ce que lui inspire le monde qui l’entoure, et relate également son amitié naissante avec sa voisine Margot.
Mais la menace rôde comme une ombre et peut s’abattre de la façon la moins attendue.
Follement éprise de son cousin Kurt, la jeune Nanni Schaller, qui séjourne au camp pour jeunes filles évacuées installé au bord du lac, disparaît soudainement. De son côté, Oskar Meyer doit fuir Vienne avec sa famille pour échapper aux persécutions qui s’abattent sur les Juifs.
Tissant ensemble les voix et les correspondances de ces quelques personnages, Arno Geiger donne à entendre les échos de leur quotidien à mesure que la défaite approche et propose ici un roman à la fois sensible et épique, intimiste et historique. Sous la forme d’une mosaïque qui permet d’approcher les destins les plus divers, il brosse le vaste portrait d’une société sur le point de vaciller, et montre comment, malgré le caractère terrible des événements, une certaine douceur peut poindre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s