***Rentrée littéraire 2019 #2***

De Luis Miguel Rivas

ISBN : 2246817404

Éditeur : GRASSET

Ma cote: 3/10

Tout à la joie d’avoir été sélectionné comme explorateur de la rentrée pour Lecteurs.com, je me suis lancé dans la lecture des quatre livres reçus et j’ai commencé par ce roman de Luis Miguel Rivas… Horripilant! Pourtant, l’idée de départ était originale!

Ma chronique:

426e page… J’y suis arrivé. Après ma pause à la page 100, je persiste et signe : Luis Miguel Rivas a développé, pour ce roman, une écriture, à mes yeux, horripilante. Dès les premières pages, je me heurte à ce qui s’apparente à un mépris total des règles grammaticales et des conventions d’écriture. L’usage de la ponctuation est en conflit permanant avec les lois qui la régissent. Les termes choisis relèvent très, trop souvent, d’un anglais pauvrement francisé, d’une altération systématique des marques existantes et des paroles de chansons qui illustrent le récit. La lecture en devient lourde et vide de toute valeur ajoutée enrichissant le propos. De la même façon, l’usage du verlan, récurrent, n’apporte rien à la caricature des personnages de Manolo et Yovani, une paire des glandouilleurs ne vivant que pour la frime, le port ostentatoire de vêtements de marque alors qu’ils manquent de travail et de moyens.

Que cache ce choix d’une apparente pauvreté de style ? Est-ce une provocation ? Une manière, un peu paresseuse , de suivre l’évolution d’un parler populaire ne se donnant plus la peine d’un phrasé construit, riche et respectueux des règles ? Ou, plus tristement, est-ce seulement une écriture décalée qui permet à l’auteur visant la comédie, le burlesque, de se différencier de ses confrères et d’attirer de la sorte le regard des consommateurs du ‘monde littéraire’ sur sa production ?

Le roman se déroule à Villaradieuse, une petite ville de Colombie que se partagent deux Caïds de la drogue, Don Efrem et Moncada. Anciens partenaires en affaires devenus ennemis jurés, ils ne communiquent plus entre eux qu’à coups de bombes, de prises d’otages et, plus souvent encore, d’exécutions violentes. A Villaradieuse, certains tuent plus qu’ils ne respirent !

Que doit voir le lecteur dans ce roman ? Une apologie de la combine, de la violence ? Le fond du récit se limiterait-il au double message : D’une part, la vie se construit sur la vengeance et la ferme volonté d’écraser toute opposition par la force et dans le déni des lois et du droit de vivre de chacun et, d’autre part, la vie ne vaut la peine d’être vécue qu’au travers le cosmétique du paraître et la recherche éperdue de ‘secondes peaux’ étiquetées chevinon, naïke, versache ou autre disel, lacost et ribouks fristaïls ? Triste monde !

J’avoue avoir très vite eu l’impression d’avoir fait le tour de la question et m’être demandé quand il y aurait un brin de fraîcheur, d’humour autre que potache et une envolée d’humanité offrant aux lecteurs une bouffée de valeurs structurantes capable d’élever le mode de vie de chacun.

Finalement, il y aura Lorena. Don Efrem en tombera amoureux. Lui, c’est le patron, il a le fric mais pas d’éducation et de sensibilité aux relations humaines. Il pense que tout s’achète et qu’il suffit d’arroser Lorena de signes de richesse pour gagner son cœur… et surtout, plus trivialement, son corps.  Le niveau s’élève alors, enfin, lorsque Lorena, refusant une nouvelle dépense somptueuse, lui dit : ‘N’y voyez aucun mépris. J’ai pas besoin de vos cadeaux  pour vous appréciez, vous savez…’ Ouf, la relation vraie a peut-être encore un avenir !

Et puis aussi, trop rarement, quelques articulations de phrases dont l’enchaînement fait sourire : ‘Elle a posé ses articles sur le tapis et a regardé avec admiration la caissière scanner à toutes vitesse les flocons d’avoine, les sacs de fruits et légumes, les sachets de sésame, de graines de tournesol, de lin, d’orge et les pots de yaourts, et les pots de céréales. Rien que des trucs bons pour la santé, l’horreur !’

Bref, à partir de l’idée loufoque, saugrenue mais, je l’avoue, originale qu’on peut faire des économies en achetant les vêtements de morts trucidés, « Le mort était trop grand » est un récit qui se révèle peu drolatique. Il se perd dans une écriture ne servant pas la littérature et n’offrant que trop peu de modèles de vie dignes d’être lus. Une déception ! Le fait de proposer ce roman sous un label de comédie sauve-t-il la situation ? Selon moi, pas vraiment !

Mais, à chacun de s’en faire une idée en le lisant…

Merci aux éditions Grasset et à lecteur.com pour leur confiance.  Si je n’ai pas apprécié ce roman de la rentrée 2019, je tiens à souligner que les Editions Grasset ont sorti, pour cette même rentrée, quelques titres méritant lecture, dont ‘Orléans’ de Yann moix et ‘Joie féroce’ de Sorj Chalendon.

Ce qu’en dit l’éditeur:

À Villeradieuse, c’est le tout puissant don Efrem qui dicte les règles. Lorsqu’on travaille pour le Patron, l’argent coule à flots et la vie semble facile. Sauf quand on vous retrouve criblé de balles bien sûr, et qu’un ami aperçoit vos chaussures dépasser du fourgon prêt à partir pour la morgue. Celles de Chepe étaient vertes – Manuel ne peut pas les oublier – et identiques à celles que porte le jeune homme accoudé au bar à côté de lui. Incapable de penser à autre chose que ces mocassins, Manuel aborde alors leur propriétaire, et ce dernier, après quelques verres, lui avoue qu’il a une excellente adresse pour se fournir en vêtements de marque : la morgue. Les mocassins verts sont bien ceux de Chepe, et Manuel se trouve embarqué dans la combine.
Seul problème lorsqu’on achète ses habits dans les chambres froides : le mort est parfois trop grand, et ses assassins trop idiots. Manuel a emprunté les habits du mauvais cadavre et se retrouve ainsi poursuivi par deux hommes de main de don Efrem, persuadés d’avoir aperçu le fantôme de l’homme qu’ils venaient d’abattre. Ou peut-être a-t-il survécu ? Le Patron ne peut se permettre ce genre d’approximations, le problème doit être réglé au plus vite, d’autant que lui-même a d’autres préoccupations bien plus importantes en ce moment : séduire l’inaccessible Lorena. Elle est cultivée, délicate, il va devoir mettre toutes les chances de son côté. En prenant des cours de culture générale par exemple. À Villeradieuse, on est prêt à tout pour plaire – découvrir les règles du savoir-vivre et même dépouiller les morts.
Fresque drolatique et effrénée, Le mort était trop grand aborde le sujet de l’extrême violence des narcotrafiquants colombiens à travers le prisme de la comédie. Luis Miguel Rivas, avec son incontestable talent de conteur, se révèle ici maître de l’humour noir.

Traduit de l’espagnol (Colombie) par Amandine Py.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s