de Paolo COGNETTI

  • Date de parution : 17/08/2017
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264070081
  • Traduction: Anita Rochedy pour les éditions Zoé

Ma cote: 6 / 10

Ma chronique:

‘ai lu « Le garçon sauvage », signé Paolo COGNETTI, attiré par la couverture qui, dans la version lue était plus belle que celle reprise ici. C’est la photo d’une baïta, au coeur d’un alpage. C’est par ce type de chalet, de logement que j’ai été attiré. Il me rappelait plusieurs séjours en Val d’Aoste.

Je ne mentionnerai pas ce livre comme étant un carnet de voyage ou de montagne, c’est davantage, à mes yeux, un carnet de notes éparses, un carnet d’écriture, d’exercisation à l’écriture. Paolo Cognetti , l’auteur-héros a 30 ans. Il stagne en écriture, suffoque à Milan et a besoin de se ressourcer. Pour ce faire, pas d’autre lieu que sa chère montagne du Val d’Aoste où il a passé tant d’étés à courir les chemins, à respirer les senteurs de la nature et noyer son regard dans la splendeur des paysages. Plus que tout, peut-être, Paolo a besoin de solitude. Un temps à prendre pour lui, se laisser gagner, regagner par les surprises d’une course en montagne, d’une lecture ou relecture d’un roman et des pensées subtiles qui y dorment. Loin de tous, il pourra se réconcilie avec le monde et avec lui. 

Ce bref roman s’éloigne volontairement de l’agitation des grandes villes, des échéances à respecter et du regard d’autrui qui pèse comme un couvercle sur l’imagination.
J’ai moyennement apprécié ce récit. J’y ai retrouvé l’ambiance des baitas, ces petites maisons d’alpage où le quotidien ne s’enracine pas dans le béton de nos villes. J’y ai retrouvé ces montagnes du Val d’Aoste où j’ai, moi aussi, passé des temps de vacances et de plaisirs partagés. Mais je n’ai guère cru à toutes les lectures évoquées qui m’ont semblé trop bien disposées dans le récit pour ne pas être le fruit d’une construction plus intellectuelle que ressentie. 

La découpe en petits chapitres pousse le lecteur à voyager dans ce récit en sauts de puce. Et, s’ils ne fatiguent jamais, vu leur brièveté, ils ne permettent pas de décoller vers des rêves et des digressions intérieures que pourrait appeler l’usage de nombreuses citations dues à la plume de Henri David Thoreau, par exemple. 
Le garçon sauvage s’est révélé être un moment de détente, une pause rappelant quelques beaux souvenirs de vacances et une gentille réflexion, sans plus, sur la gestion de l’inspiration en écriture.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Le Garçon sauvage commence sur un hiver particulier : Paolo Cognetti, 30 ans, étouffe dans sa vie milanaise et ne parvient plus à écrire. Pour retrouver de l’air, il part vivre un été dans le Val d’Aoste. Là, il parcourt les sommets, suspendu entre l’enfance et l’âge adulte, renouant avec la liberté et l’inspiration. Il plonge au cœur de la vie sauvage qui peuple encore la montagne, découvre l’isolement des sommets, avant d’entamer sa désalpe, réconcilié avec l’existence. Néanmoins, ce séjour initiatique ne parvient pas à l’affranchir totalement du genre humain : « je pourrais me libérer de tout, sauf de la solitude. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s