De Cédric Comtesse

Editeur: Auto-édition (18/01/2019)

ISBN: 978 1794 387 379

Ma cote: 8 / 10

Mon avis:

« Chez Saïd », un livre court, de quelques 104 pages seulement, mais une pierre bien lourde dans nos besaces coloniales, un bien méchant caillou dans nos godasses. Saïd est grand père. Depuis la mort de sa fille, c’est lui et Miluda, son épouse, qui se chargent de l’éducation de Nabil. Ce beau jeune homme de 20 ans, taillé comme une armoire à glace, s’est imposé une discipline de fer dans ses entraînements et s’est imposé ensuite sur les rings de boxe. Au club, pour les jeunes, c’est un modèle. Travail, efforts, respect des règles, Saïd lui a inculquer ces valeurs. Il est fier de son petit-fils et Miluda en est folle, ils feraient tout pour lui.

Saïd travaille dur, lui aussi. Dès l’aube, et toute la journée, il gère le bureau de tabacs dont il a obtenu la licence en bas de son immeuble parisien. Il a 75 ans déjà et depuis des décennies, il fait tout pour se reconstruire une vie, un chez soi, une manière d’habiter ses valeurs, ses convictions.

Car, il n’a pas toujours vécu en France, Saïd a passé son enfance au pays. Une enfance rude mais heureuse jusqu’à ce jour où il a vu tomber toute sa famille sous les armes des paras. Ils étaient français et on leur avait dit que l’Algérie était française, elle aussi. Encore un mensonge et une usurpation de territoire !

A l’époque, trop jeune pour mourir, Saïd s’est coulé dans la nature. Il a choisi la fuite, la perte de son sol, de sa terre et de son ancrage au pays pour pouvoir conserver, avec Miluda l’espoir d’une vie à reconstruire. Saïd a combattu au FLN. Il en est revenu mais n’a jamais retrouvé une totale sérénité face aux souvenirs de tant d’injustices subies. Néanmoins, il a décidé de vivre, d’aller de l’avant.

Mais aujourd’hui, Nabil a disparu ! Saïd court partout, interroge, se renseigne : qui a vu Nabil ? Où peut-il être ? Il se fait une raison, un retour en arrière s’impose, c’est au pays qu’il doit le chercher ! Saïd, grand-père, en fait la promesse à Miluda, il lui ramènera son petit-fils !

Cédric COMTESSE, avec une plume sèche, concise, peu bavarde mais efficace, raconte alors le voyage tragique de Saïd. Enrôlé volontaire mais clandestin dans l’état islamique, Saïd va devoir vivre la recherche de Nabil dans la souffrance, le combat pour sa survie et le conflit permanent entre les valeurs qui l’habitent et le poussent tantôt à la vengeance, tantôt à rester intègre avec lui-même, avec la vie qu’il s’est construite chez lui, en France. Saïd, jamais ne pourra retrouver un chez moi exclusif. Son cœur à jamais déchiré entre d’une part, la magnificence des paysages et des souvenirs d’enfance et, d’autre part, la tragédie d’une famille éclatée sous tant d’armes déjà.

Cette errance sur les routes et déserts d’un Orient déchiqueté, Cédric COMTESSE la rend avec force et pudeur. En choisissant comme héros le grand-père, il s’offre l’opportunité de raconter deux histoires parallèles, deux tranches historiques de notre passé/présent qui devraient imposer aux lecteurs un peu de retenue et d’humilité dans les jugements qui trop souvent et de manière péremptoire condamnent unilatéralement les combattant. Comme si la violence bestiale et aveugle était toujours chez l’autre. Comme si n’avait pas été, aussi, l’apanage des grandes nations qui se sont appropriées des colonies, leurs richesses et le droit de vivre des gens du pays !

Avec ce roman « Chez Saïd », l’auteur nous déstabilise. Oui, l’horreur et la beauté peuvent coexister. Oui, l’amour au sein de la famille peut inciser un coin dans la haine entre peuples. Eh oui, les mêmes conflits peuvent renaître de leurs cendres. Les guerres d’influence, de religion et de possession des territoires restent d’actualité malgré les « Jamais plus ça » !

« Chez Saïd », de Cédric COMTESSE, est un roman d’amour, de dépassement de soi et de quête d’une identité… celle de l’Homme !

Merci à l’auteur de m’avoir permis de découvrir ce titre.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Nabil, 20 ans, a disparu. Son grand-père Saïd, ancien membre du FLN qui a fait la guerre d’Algérie, part à sa recherche laissant sa femme seule dans leur cité parisienne.
Saïd va traverser l’Irak et la Syrie. Il va risquer sa peau afin de sauver son petit-fils Nabil des mains d’un état islamique :
– Je le ramènerai vivant notre petit-fils.
« Chez Saïd », un road-movie qui erre sur les routes et les déserts d’un Orient déchiré entre sa beauté légendaire et son histoire tragique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s