Par Nathalie Longevial

ISBN : 1026232953 


Éditeur : LIBRINOVA (12/06/2019)

Ma cote: 8 /10

Ma chronique:

Papa a un cancer… Nathalie Longevial l’annonce dès l’entame du livre, il est donc déjà mort !

Oups, est-ce politiquement correct d’être lucide à ce point ? Est-ce acceptable pour les lecteurs lambda qui ne connaissent ni l’auteur, ni l’auteur de ses jours ? Peuvent-ils, sans dégât pour eux-mêmes, entrer de la sorte dans l’implacable réalité ? Et puis, surtout, est-ce correct de la part d’une autrice de livrer son journal intime comme étant quasi une vérité universelle ?

A cette dernière question, je réponds :  ‘Non !’, Bien sûr. Mais il faut aller au-delà d’une première impression. L’autrice se montre humble, prudente dans son partage. Aucune posture péremptoire. Ici, il nous est seulement partagé qu’il est normal de nier, de refuser, de croire qu’on pourra dépasser et finalement d’accepter ce genre de combat que nous impose le cancer ou toute autre maladie dévastatrice. Mais il nous est dit, aussi, que l’accompagnement de ce combat est un chemin, un chemin de vie…

Le tout, sans aucune prétention de discours universel, aucun côté donneur de leçons ! Voilà pourquoi ce livre a le droit et le mérite d’exister, même s’il n’est pas unique en son genre. Un témoignage reste un témoignage mais n’en est pas moins un témoignage qui peut alimenter notre recherche de sens.  

Et, dans cette approche, la lucidité ne peut pas être un défaut, un repoussoir à la lecture. De plus, la réalité ne nécessite pas qu’on en connaisse les acteurs de près pour être réelle, donc elle peut se partager. Mais pas n’importe comment…

Et c’est à ce difficile exercice d’équilibre que se livre Nathalie Longevial. Elle nous invite à une prise de conscience des possibles, à une ouverture sur les interrogations à propos de la vie, de son essence, de la persistance et de la richesse des partages, vécus ou manqués, peu importe.


Et c’est à ce difficile exercice d’équilibre que se livre Nathalie Longevial. Elle nous invite à une prise de conscience des possibles, à une ouverture sur les interrogations à propos de la vie, de son essence, de la persistance et de la richesse des partages, vécus ou manqués, peu importe.

Avec « Semer des graminées », Nathalie Longevial nous livre un trajet personnel proposé de manière pudique. Elle nous introduit à l’universel de la vie qui passe, du temps qui défile, des occasions à ne pas manquer, des opportunités à saisir pour reprendre pied sur le fil de notre histoire, ce câble tendu entre nous et l’avenir, entre nous et notre passé, surtout quand ce dernier est encore présent pour un temps seulement.

On entre dans ce récit, on prend ce qu’on veut, ce qu’on peut, et on repart sur la pointe des pieds avec la certitude qu’il reste quelque chose à faire avant que de tout perdre et, peut-être même avant… Semer des graminées !

J’aime cette image de ce qui apparaît futile aux yeux de bien des jardiniers de la vie, terre à terre comme ils peuvent parfois l’être. Semer des graminées équivaudrait à semer des mauvaises herbes, des ennemis futurs… Et pourtant, dans un massif bercé par tous les vents du globe, qu’est-ce qui reste plus vivant et plus souple aux vents , même contraires, que les graminées ? A méditer.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Papa a un cancer.
Papa a un cancer et tout le monde se doute de la fin. De toute façon me direz-vous, il n’y a qu’une fin. Et à la fin, on meurt.
Papa a un cancer et c’est comme si j’écrivais : Papa va mourir.
Quand ? Bientôt ?
Papa a un cancer et c’est comme si j’écrivais « Papa est mort. » Déjà.
Ce livre n’est pas un roman.
Il n’y a aucun suspense.
Au début, vous connaissez déjà la fin. 

Un commentaire sur « Semer des graminées »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s