De Emmanuel Trédez

Edition: Didier Jeunesse

Illustration: Mary-Gaël Tramon

ISBN: 9782278091805

Ma cote: 10 / 10

En dix lignes, max! (Présentation du livre par frconstant)

Double six est un roman Didier Jeunesse qui tient son rôle. Faire découvrir aux pré-ados (9-12 ans) un monde qui bientôt sera le leur. Il ouvre aux questions qui se posent à cet âge: les copains, le mensonge, la remise en question de tout quand débarque un ‘premier amour’ et la difficulté de le vivre sereinement par manque de connaissance des codes relationnels. L’écriture, simple, fluide mais efficace de Emmanuel Trédez qui fait intervenir deux policier en plein cours de math, dédouane les jeunes de la brutalité d’un effet-miroir du récit et introduisant un pseudo-policier qui permet de garder distance et de réfléchir aux questions des héros alors, qu’en fait, elles sont bien celles du lecteur. Une belle réussite Jeunesse!

Ma critique:

« Double six » .  Ce roman publié chez Didier Jeunesse, signé Emmanuel Trédez et illustré par Mary-Gaël Tramon remplit la mission de cette catégorie destinée à proposer aux jeunes pré-ados des lectures qui parlent d’un monde qui sera bientôt le leur.

Tous les ingrédients y sont. Des personnages assez faciles à cerner, des caractères issus d’un même monde mais suffisamment tranchés pour qu’un choix, une préférence, à tout le moins une conscience de la différence s’opère.

Au centre, Hadrien, comme l’empereur ! – lisez : ’s’écrivant avec un H comme l’empereur romain’  – est un garçon qui revendique la position de leader dans sa classe. Et, c’est un fait, il est reconnu sans pour autant être accepté par tous. La réussite engendre aussi des jalousies.  Comme il est brillant en tout, il peut se revendiquer l’amis de condisciples très différents. Mais, depuis peu, il y a un changement de cap pour Hadrien, un nouveau centre d’intérêt. Il découvre que Midori, copine de classe qui n’était alors qu’une fille devient bien plus présente à son esprit. La découverte de l’autre n’est pas simple à gérer, même pour un leader !

L’histoire se satisfait d’un cadre se limitant au microcosme qu’est l’école vivant sur elle-même. Comme si les adultes n’existaient pas ou si peu, on est bien dans le modèle consensuel des ados.

Mais des questions se posent. Midori apprécie cette nouvelle proximité avec Hadrien. Pourtant, elle ne le reconnaît  pas d’un jour à l’autre. Pourquoi réagit-il de la sorte ? Comment doit-elle s’y prendre ? Comment fait-on quand on s’embrasse ? Peut-on ? Jusqu’où ? Tout est si nouveau et personne dans son entourage familial ne lui a jamais rien dit de ces choses. Et lui, que veut-il ? Est-ce elle qu’il a choisie ou ne cherche-t-il qu’à paraître ?

D’autres élèves aussi s’interrogent. Comment peut-on apparaître, à ce point, excellent en tout ? Ce n’est pas possible, il doit tricher ! Qui est-il, un imposteur, un traître ou un super crac ?

L’arrivée en classe de deux policiers ajoutera un peu de piment et laissera croire aux jeunes qu’ils lisent un policier, leur permettant, de la sorte, de mettre un peu de distance entre eux et les personnages de l’intrigue. Confortable !

En fait, avec une plume lisible, rythmée et prête à épouser les états d’âme des pré-ados, Emmanuel Trédez raconte ici, plus qu’il ne décortique, ces regards caméléons entre jeunes mi-enfants, mi-adultes. Envieux ou admiratifs, complices ou opposants, amis un jour, ennemis le lendemain, ces germes d’avenir en passe de devenir adultes parlent trop ou se taisent, agissent ou esquivent, intriguent, observent et surtout s’interrogent sur les réponses à donner à des questions qu’ils n’avaient pas nécessairement envie de soulever. Est-on seulement prêts un jour à basculer d’un âge à l’autre ?

Ce livre est celui d’un bouillonnement des sentiments. Il évoque un temps où la vibration des cœurs rythme les pulsions de vie. Un livre qui ouvre à la discussion et aux échanges avec le vrai monde… si tant est que les adultes créent les occasions pour le faire sans brimer et réduire l’affect de leurs grands enfants. 

J’ai aimé ce livre qui prend une juste place dans sa catégorie. Merci à #Double6 #NetGalleyFrance .  Un livre qui trouve parfaitement sa place dans la collection Didier Jeunesse.  

Ce qu’en dit l’éditeur:

Bagarreur et frimeur un jour, timide le lendemain… Qui est vraiment Hadrien ? Quand deux policiers font irruption en cours de maths, c’est la panique : le collégien a disparu et ses copains doivent témoigner ! Capable de jouer ses décisions sur un coup de dés, le garçon semble cacher bien des secrets… et il n’a pas fini de nous surprendre.

3 commentaires sur « Double six »

  1. J’ai aimé ce livre car il pose beaucoup de questions que les jeunes se posent sans trop savoir où chercher des réponses qui tiennent debout. Je n’ai rien dit du twist qui permet au livre d’arriver à son terme et aux dernières questions (pas les plus simples) que se pose Midori. Mais, je n’ai pas l’habitude de dévoiler l’histoire. Si, dans nos critiques on raconte les histoires… il n’y a plus besoin de lire les livres.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s