Ce qu’en dit l’éditeur:

Jeune ingénieur dans une grande entreprise française, Romain est confronté au comportement de ses collègues et à la valse particulière des relations qu’ils entretiennent.

Lorsqu’un fait de corruption vient semer le trouble au sein de la direction, il se retrouve bien malgré lui mêlé à ces histoires. L’ambitieux Alain et le fier Arthur conspirent contre Antoine l’aristocrate alors que Romain lutte pour faire la lumière sur cette mystérieuse affaire. Soudainement propulsé au sommet de la compagnie et convaincu de l’innocence d’Antoine, il va tout faire pour que la vérité éclate. En qui avoir confiance ? Et si l’ennemi se trouvait là où il ne l’attend pas ?

Inspiré par son expérience au sein de grandes entreprises, Bernard Baret nous livre un récit happant sur l’impitoyable monde du travail, où la rationalité est battue en brèche par la poursuite effrénée des intérêts particuliers.

Ma cote: 7 / 10

Ma critique:

Curieux sujet romanesque que les affres et pensées de ce scientifique de haut vol qu’est Romain. Propulsé à un poste à responsabilité au sein de l’Entreprise, il perd la tranquillité du chercheur passionné et désintéressé pour se confondre dans la recherche de lui-même sans jamais vraiment se trouver.

La description des relations qui régissent les faits et gestes de ces cadres en Entreprise est glaçante. Basées sur une recherche obsessionnelle de l’intérêt particulier des montreurs de marionnettes que sont ces cadres de haut rang, toute relation n’est plus que manipulation. La confiance ne peut tenir. L’esprit d’ouverture est battu en brèche. Les magouilles sont la raison. Les stratégies d’élimination de tout possible adversaire ont force de loi. Dans quel monde vivent ces nantis et, surtout, dans quel monde nous font-ils vivre?

L’écriture est quelque peu saccadée. Les situations peuvent paraître répétitives, parfois et il y a, ça et là, quelques coquilles dans ce roman auto-édité. Mais il est facile de passer au-dessus. Facile de se laisser prendre par ce Romain qu’on a envie de soutenir, à qui on a aussi envie de foutre des claques. Mais, les personnages de cette histoire sont tellement typés qu’on ne peut y croire… C’est, du moins, ce que l’on souhaiterait. Ce n’est tout de même pas possible d’être aussi vil que cela! Non? En êtes-vous vraiment certains?

Avec le doute raisonnable qui m’habite quant à la droiture d’une espèce humaine détenant trop de pouvoir, j’aurais volontiers tendance à me dire que Bernard Baret n’a pas pu tout inventer! C’est affreux! Son roman sonne juste!

Et donc, je vous recommande « Les Caïmans »… Se faire peur, entrer en désespérance face à la noirceur de certaines âmes humaines est aussi une manière de se jurer d’être attentif à la droiture des uns, pour l’apprécier et à la médiocrité des autres, pour la combattre. Quant à notre propre verticalité… il nous appartiendra toujours d’en être le fil à plomb!

A propos de l’auteur:

Inspiré par son expérience au sein de grandes entreprises, Bernard Baret nous livre un récit happant sur l’impitoyable monde du travail, où la rationalité est battue en brèche par la poursuite effrénée des intérêts particuliers. [Source: https://www.librinova.com/librairie/bernard-baret/les-caimans ]

Un commentaire sur « Les Caïmans de Bernard BARET »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s