31xdz1gmvxl._sx195_
Ma cote: 8 / 10

Mon billet:

Avec le livre « Les amochés » (Janvier 2019), Nan AUROUSSEAU est désarçonnant. L’entame du récit laisse croire à une fiction fantastique, une histoire rocambolesque sous contrôle de doubles cosmiques, avec suspicion de destruction massive du genre humain. Au coeur de l’apocalypse, l’auteure, de manière convenue, maintient en vie – mais vivre est peut-être un grand mot – trois paumés en errance sous un soleil qui, à toute heure, danse au zénith !
Puis, peu à peu, le lecteur se surprend à suivre, plus qu’à aimer, le personnage central, narrateur de cette histoire sans repère. Abdel Ramdamkétif est un vieux villageois d’un village de montagne coupé d’à peu près tout. Aigri, misanthrope, solitaire, fragilisé par des ruptures amoureuses mais fortifié de toutes les références livresques et cinématographiques, fruits d’une passion absolue pour la culture, toutes périodes et styles d’écriture confondus, Abdel est cependant capable d’analyser le monde et de poser sur un regard critique sur la modernité qui réduit nos quotidiens à des fonctionnements plutôt qu’à une vie. Cette puissance de penser alimente l’incessante conversation qu’il tient avec lui-même et qu’il partage, exceptionnellement, avec Roger, garçon de café, Laure et Sandra, les jumelles ou, plus étonnant, un directeur de la prison.
Que s’est-il passé ? Ses souvenirs extrêmement précis lui offrent une conscience parfaite de la situation apocalyptique vécue. Il en est conscient, sa réalité est indicible. Il est donc exclu qu’il s’appuie sur ce vécu pour récuser l’accusation de viol que porte contre lui la famille de Sandra, une des jumelles ayant partagé son aventure cosmique.
Insidieusement, par le biais d’une accusation malveillante et à la réaction formatée de la police et du monde judiciaire, l’auteur nous a ramené dans le monde des cabossés, ces amochés de la vie qui se dépatouillent comme ils peuvent en s’accrochant à des modes de vie pourris par l’alcool, la drogue, la perte d’identité, la soumission à la Loi du plus fort ou le vide sidéral qui existe entre leurs quotidiens et les rêves qu’ils avaient sur la vie ! Bienvenue dans notre quotidien, sur un petit monde qui tourne comme un disque voilé où rien n’est droit, tout est gauchi, faussé, minable et sans espoir.
Et pourtant, la violence se nourrit de toutes les bassesses humaines mais donne aussi naissance à des bravoures solidaires et anonymes. Là où ne devrait nicher que la soif de vengeance, s’installe aussi l’oubli qui ouvre l’avenir. Allez comprendre !
Nan Aurousseau, a vécu une jeunesse cabossée. Entre respect de la Loi et illégalité, mépris des règles sociétales et recherche d’une place où se construire, incarcération et remise en liberté, le fait est évident, l’auteur s’est construit sur le chaos ! Mais la Culture, l’amour du livre, la pensée des auteurs ont joué un rôle prépondérant dans ce qu’il est advenu. Il est maintenant un auteur, portraitiste d’un monde noir, dur, amer mais bien réel !
Son récit, quittant le fantastique, s’installe dans le polar social et, ma foi, il y devient crédible, interrogeant nos quotidiens et l’opportunité des chemins de traverse qu’il nous est donné de choisir pour ne plus se fondre dans la masse monolithique de la pensée unique. Une ouverture vers une société inclusive ? A nous de décider. A nous de peaufiner le modèle que nous voulons nous forger pour servir de jalons à nos pas quotidiens !

Ce qu’en dit l’éditeur:

Après une vie de bâton de chaise et de nombreuses errances, Abdel Ramdankétif se retire dans le village de montagne où ses parents étaient venus vivre quand ils étaient arrivés en France. Tout a bien changé en quelques décennies : ses parents sont morts, et le village est quasi abandonné…

Seuls, Jacky et Monette, un couple de voisins, survivent à la manière de vieux sages. Abdel s’est installé là, loin des hommes et de la modernité dont il se contrefout. À la fête annuelle du village, il a même rencontré Chris, une psychiatre de la ville la plus proche. Leur histoire d’amour a duré trois mois.

Peu après la rupture qui a mis notre homme k.o., un événement surnaturel se produit qui va conduire Abdel Ramdankétif au bord de la folie et le mêler aux histoires gratinées d’une étrange famille.

Observateur attentif du genre humain, Nan Aurousseau, dans ce nouveau roman noir, explore, avec un regard non dénué d’humour, une certaine province française – avec ses pauvretés et ses amochés.

A propos de l’auteur:

Nationalité : France
Né(e) à : Paris, le 27/03/1951
Biographie :

Né d’un père mécanicien conducteur d’engins et d’une mère blanchisseuse à Montmartre, aîné de six enfants, Nan Aurousseau a passé toute son enfance dans le XXe arrondissement, à Paris.
laissée à
A 18 ans, il est condamné à 7 ans de prison pour braquage. Lors de sa réinsertion, il se lance dans la plomberie, puis décide de raconter sa vie dans un livre, à la suite de sa rencontre avec l’écrivain Jean-Patrick Manchette. « Bleu de chauffe » est publié en 2005 et rencontre un réel succès. Il reçoit notamment un prix au Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d’Arras. Son deuxième roman paru en 2007 et intitulé « Du même auteur » est un roman policier.

Dans « Le ciel sur la tête », il dénonce la prison où l’on mélange des jeunes délinquants et des gens qui ont des problèmes psychologiques.

« La Ballade du mauvais garçon » décrit sa jeunesse de délinquant.

« Des coccinelles dans des noyaux de cerise » narre à la première personne du singulier la dérive d’un trop célèbre serial killer hexagonal. Ce roman noir et inquiétant, au titre énigmatique, est considéré comme l’un des 7 ouvrages incontournables par le mensuel Lire (revue) en janvier 2017.

Il a aussi été scénariste pour le film de Jean-Henri Meunier La Bande du Rex (1980).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s