CVT_Erectus_7993

Ce qu’en dit l’éditeur:

Et soudain l’humanité se mit à régresser
À Richards Bay, en Afrique du Sud, c’est le choc.
Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus.
Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population.
De quel virus s’agit-il ?
Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?
Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.
Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ?
Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

Ma cote: 9 / 10

Mon billet:

Erectus, de Xavier Müller, devrait se trouver sous bien des sapins. A l’heure où, au coeur des bourrasques, la tradition d’une magie de Noël chante ‘Paix aux hommes de bonne volonté’, comme il devrait être reposant de se plonger dans un bouquin de Science-Fiction, bien écrit et capable de nous distraire quelque peu de ces réalités conflictuelles teintées de gilets jaunes, de Brexit, de politiques politiciennes ou de moralité climatique. C’est sans compter sur le fait que Xavier Müller va nous exposer à une mutation génétique, engendrée par le virus de Krüger. Là, il a de quoi nous faire peur, nous fasciner, nous emmener loin de notre réalité pour nous y replonger tout aussi vite. Mais, cette fois, en attaquant les questions fondamentales, celles qui définissent notre appartenance à l’espèce humaine.
Erectus, un nouveau roman de Science-Fiction dont le titre surfe adroitement sur une possible connotation sexuelle ? Un nouveau roman de Science-Fiction réécrivant Jurasic Park ? Pas vraiment ! L’auteur nous entraîne dans une histoire qui pourrait ne pas être si fictionnelle que cela. Il nous plante dans notre petit monde confortable de ce XXIe siècle en nous confrontant à la rumeur d’un virus qui s’attaque à tout ce qui vit, plantes, bêtes et hommes, et qui provoque une régression de l’espèce renvoyant l’Homme, ce au Sapiens, pensé comme sage, à un modèle bien antérieur, l’Homme erectus, semblant n’être capable que de se tenir droit … et de contaminer son entourage par simple égratignure ou morsure.
Alors que notre monde scientifique n’a en tête qu’un modèle d’évolution de l’espèce, de toute espèce, l’auteur bouscule les codes en introduisant comme facteur d’évolution, la régression ! Rien que cela… Il y a déjà bien des pistes à réfléchir, bien des points de vue, des états d’âme à interroger, nuancer, choisir comme axes fondateurs ou non.
Est-on dès lors dans la seule fiction, même scientifique ? Pas seulement. Pris dans des mécanismes de terreur, de protection, de recherche de vaccin et de course contre la montre, le lecteur entre dans ce roman, se laisse absorber par les différents intervenants et, très vite, se surprend, s’il est honnête avec lui-même, à se sentir écartelé entre des sentiments contradictoires. Défense des intérêts particuliers ou de l’intérêt publique ? Et où se situe ce dernier ? Dans l’efficacité d’un maintien de l’ordre établi et la protection des bien portants ou dans la reconnaissance de l’humanité des malades et leur droit à la vie et aux soins ?
Insidieusement, l’auteur nous fait basculer d’un roman de science-fiction à un conte philosophique qui pose de très bonnes questions dont l’extrapolation à celles posées par les sinistrés de la vie comme le sont les peuples touchés par des attaques virales, par des ‘accidents’ chimiques ou des crises migratoires … apparaît comme des évidences aux réponses parfois tellement contradictoires.
Avec une écriture très lisible, une parfaite clarté dans le déroulement de l’histoire comme dans la description apocalyptique de cette mutation de l’Humanité, le tout saupoudré d’un petit air de romance faisant écho aux musiques un peu guimauve de Noël, l’auteur nous tient en haleine.
On ne dépose pas un tel livre. On ne remet pas à demain la suite d’un récit qui titille notre curiosité autant que nos valeurs. Ce roman est bien de notre temps, de notre monde ! C’est nous qu’il interroge. Que répondrons-nous et à partir de quels principes ?

Merci aux Editions Xo et à NetGalley, France pour la découverte de ce bon roman.

Citations:

  • Pour schématiser, le genre homo s’est distingué des hominidés il y a environ trois millions d’années. L’Homo erectus, lui, apparaît en Asie et en Afrique il y a un million et demi d’années jusqu’à cent mille ans avant notre ère. Au Kenya, on a découvert des empreintes démontrant que ces préhumains marchaient en transférant leur poids du talon vers leur gros orteil. Littéralement, Homo erectus, c’est « l’homme dressé », le premier de nos ancêtres à nous ressembler.
  • Vous savez, monsieur Gordon, sur l’arbre de l’évolution, l’homme ne constitue qu’une brindille à l’extrémité de la branche des mammifères. Un incident de parcours. Malgré son intelligence et sa cruauté, l’espèce humaine aurait pu tout aussi bien finir à quatre pattes au bout d’une laisse tenue par un chien bipède!
  • L’homme est une goutte d’eau dans un océan de vie.
  • Dans toutes les crises sanitaires, le public comme les politiques étaient prompts à pointer les errements des scientifiques et leur incapacité à fournir des scénarios indiscutables qui apporteraient des réponses fiables et permettraient d’anticiper l’avenir. Comme si une épidémie était une science exacte, prévisible et maîtrisable !

A propos de l’auteur:

Nationalité : France

Biographie :

Xavier Müller est un auteur de fiction.

Il dispose d’un doctorat en physique et depuis toujours s’adonne au plaisir de l’écriture.

En parallèle de ses études, il écrit des nouvelles et par la suite devient journaliste scientifique pour différents titres tels que Science et vie, Phosphore ou le Journal du CNRS.

Il publie son premier ouvrage en 2008, une fiction destinée en premier lieu aux enfants (Les détectives de l’étrange, Hachette Jeunesse).

Il partage aujourd’hui son temps entre l’activité de journalisme et l’écriture de romans jeunesse et adulte.

Il vit à Lannion, en Bretagne, avec sa femme et leurs deux enfants.

 

Source : Wikipédia

Les références:

Xavier Müller

ISBN : 2845636172
Éditeur : XO EDITIONS (18/10/2018)

Un commentaire sur « Erectus de Xavier Müller »

Répondre à Mesmotssurlesleurs Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s