Six_ans_deja

Ce qu’en dit l’éditeur:

Tension meurtrière, fausses pistes, rebondissements à la pelle ; un chef-d’œuvre de suspense et d’émotions, une plongée au bout de l’angoisse par le maître de vos nuits blanches.

Six ans ont passé depuis que Jake a vu Natalie, la femme de sa vie, en épouser un autre.
Six ans à lutter contre lui-même pour tenir sa promesse de ne pas chercher à la revoir.
Et puis un jour, une nécro : Natalie est veuve. Et soudain, l’espoir renaît. Mais aux funérailles, c’est une parfaite inconnue qui apparaît.

Où est Natalie ? Pourquoi s’est-elle évaporée six ans plus tôt ? Jusqu’où lui a-t-elle menti ?

Déterminé à retrouver celle qui lui a brisé le cœur, Jake va devenir la proie d’une machination meurtrière assassine. Et découvrir qu’en amour, il est des vérités qui tuent…

Ma cote:3/10

Mon avis:

Ce billet a été publié une première fois chez Babelio le 9 janvier 2017

« Six ans déjà » … du pur Coben, et ce n’est pas, pour moi, un compliment!  Je m’étais promis, afin de me faire une idée plus judicieusement tranchée et définitive sur l’intérêt de suivre cet auteur, présenté par certains comme un incontournable de la catégorie Thriller. Après avoir lu « a quelques secondes près », et voulant mieux percevoir la place que Harlan COBEN pouvait revendiquer dans ma bibliothèque, je me suis attaqué à « Six ans déjà« .
« Six ans déjà! » … un livre redoutable, … redoutablement insipide et insignifiant! En effet, COBEN écrit très bien …mais c’est toujours du COBEN, sans plus. Il se livre en courtes phrases. Abuse d’apartés réclamant l’approbation du lecteur. Surenchérit avec des références de lectures ou de films nanars tirés de sa mémoire et noie ce qu’il vit dans le fatras de ces ornements littéraires qui n’embellissent en rien l’ouvrage et l’alourdissent considérablement.

Pourtant, je lui reconnais la capacité de créer des intrigues de départ, vraies boules de noeuds impossible à démêler… J’en redemande, des pareilles! Encore faut-il pouvoir s’en sortir avec un travail de logique implacable, sans tomber dans l’invraisemblance. Or, ses attaques, poursuites ou fuites, toutes plus héroïques les unes que les autres, sont un chef d’oeuvre de construction de récit aussi haletant qu’impossible, aussi grand guignolesque que peu crédible et autant nourri d’une trame peu solide que d’un tissu d’invraisemblances. Bien sûr, le héros Cobéen s’en tire toujours. Il est héroïque mais chaque fois que miraculeusement il parvient à s’extraire d’une impasse c’est pour replonger tout aussi tôt dans un fossé sachant que pour le sortir de là, l’auteur devra encore puiser dans sa réserve de miracles et développer une ‘imagination débordante s’il veut relancer le héros dans sa juste quête!

Mais voilà, face à un tel récit à pénétrer et comprendre, ce sont les lecteurs qui éprouvent des difficultés à persister et à aller jusqu’au bout du livre. Ceux qui le font méritent bien, à mes yeux, le titre de héros d’un bouquin qui les torture depuis tant et tant de pages déjà. Malheureusement, les héros sont parfois fatigués … et j’en connais plus d’un qui n’iront pas jusqu’au bout de l’aventure! C’est dommage. Mais je ne peux leur jeter la pierre. C’est d’abord à l’auteur qu’il faut demander de développer une écriture plus dense, mettant en présence des personnalités beaucoup plus fines, plus riches en caractères subtils qui demandent à être suivies de long chapitres durant avant que de pouvoir en deviner les contours et la vraie place qu’ils sont amenés à prendre dans l’intrigue, le récit, et la complexité de son dénouement.

Déçu… même si je reste persuadé que Harban COBEN peut mieux faire!

Citations:

– C’est une plaisanterie ?
– Ai-je l’air de plaisanter ?
– À dire vrai, avec ce sourire, vous avez plutôt l’air constipé.

Note personnelle: Un assez bon résumé du bouquin!

— Vous savez ce qu’on dit : la pomme ne tombe jamais loin du pommier ?

Note personnelle: Ben oui! Dans l’univers Coben, du Coben reste du Coben … sans plus!

A propos de l’auteur: [source: site officiel Harlan Coben]

Né en 1962, Harlan Coben vit dans le New Jersey avec sa femme et leurs quatre enfants.
Diplômé en sciences politiques du Amherst College, il a travaillé dans l’industrie du voyage avant de se consacrer à l’écriture.
Depuis ses débuts en 1995, la critique n’a cessé de l’acclamer. Il est notamment le premier auteur à avoir reçu le Edgar Award, le Shamus Award et le Anthony Award, les trois prix majeurs de la littérature à suspense aux États-Unis.
Traduits dans une quarantaine de langues, ses romans occupent les têtes de listes de best-sellers dans le monde entier.

Le premier de ses romans traduit en France, Ne le dis à personne (Belfond, 2002) – prix du polar des lectrices de Elle en 2003 – a obtenu d’emblée un énorme succès auprès du public et de la critique. Succès confirmé avec : Disparu à jamais (2003), Une chance de trop (2004), Juste un regard (2005), Innocent (2006), Promets-moi (2007), Dans les bois (2008), Sans un mot (2009), Sans laisser d’adresse (2010) et Faute de preuves (2011), Sous haute tension (2012), Ne t’éloigne pas (2013); mais aussi Sans un adieu (2010) et Remède mortel (2011), ses deux premiers romans écrits à vingt-cinq ans à peine et jusqu´alors inédits en France. Six ans déjà (2014) est son quinzième roman à paraître chez Belfond – tous sont repris par Pocket.

Côté cinéma, depuis le formidable succès de l’adaptation de Ne le dis à personne par Guillaume Canet, en 2006, avec François Cluzet et Kristin Scott-Thomas dans les rôles principaux, les romans du maître de vos blanches ne cessent d’attirer l’attention des réalisateurs et des producteurs.

Info de dernière minute : Six ans déjà devrait voir prochainement le jour sur les écrans, avec Mark Gordon à la production (2012, The Patriot) et Hugh Jackman (X-men, Australia, The Fountain …) dans le rôle titre.

Les adaptations télévisuelles d’Une chance de trop et de Juste un regard ont battu des records d’audience sur TF1.

Les références: 

Harlan Coben

ISBN : 2298069743
Éditeur : FRANCE LOISIRS (01/01/2013)
   Existe en édition audio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s