51AkiGSzxsL._SX210_

« L’heure trouble », c’était, explique Johan THEORIN en évoquant l’enfance de Gerlof, père de son héroïne Julia, l’heure où dans les champs et les cabanons de pêcheurs cessait le travail de la journée. Tout le monde rentrait avant que la nuit tombe, mais on n’allumait pas encore les lampes à pétrole. Pendant l’heure trouble, les anciens discutaient du travail de la journée, échangeaient les nouvelles des autres fermes du village. Et parfois, ils racontaient des histoires aux enfants de la maison.
Et l’heure transformait les histoires, les troublait dans les cœurs d’enfants. Et les histoires ne duraient plus seulement l’heure, elles s’inscrivaient dans la vie de ceux qui les véhiculaient de génération en génération. Toute une ambiance…
Je relis, à propos du titre « Le sang des pierres », mon billet déposé chez Sens Critiques (le 11 septembre 2017). J’y partageais le plaisir de ma découverte de cet auteur. Je retrouve dans la lecture du jour, les mêmes qualités d’écriture, la même sensibilité d’un auteur qui prend le temps d’avancer dans son récit avec finesse, pudeur, respect du lecteur dans les indices posés ci et là sur le bord des pages. Jusqu’au bout, dans une construction-déconstruction-reconstruction progressive du récit, le lecteur se sentira invité, jamais forcé à rentrer dans la psychologie des personnages.

Dans cette histoire plus psychologie que policière, plus quête d’apaisement que poursuite fantastique des assassins, Johan THEORIN nous raconte les fissures, les failles qu’ont provoqué la disparition inexpliquée d’un petit bout à peine assez grand pour franchir, véritable Everest pour lui, le muret du jardin de ses grands-parents. Le séisme est profond et même s’il touche différemment les membres de la famille et du village, il laisse des séquelles profondes et n’offre en avenir qu’un présent trouble, empli de brouillard. L’heure trouble est devenue permanente !
A la rencontre de personnages énigmatiques, se jouant du temps, des rythmes de vie, de paroles et d’actes des différents personnages, l’auteur nous trace, en parallèle, des histoires convergentes…
Et ce n’est pas là le seul paradoxe du récit. Jusqu’où cela va-t-il nous mener ?

Le lecteur ne se pose jamais la question. A tout le moins n’en éprouve aucune impatience. Il entre sans difficulté dans ce livre qui oscille sur le rapport avec le temps, le temps de l’oubli, le temps de la survie, le temps qui gagne sur la vie ou qui reste suspendu à tout jamais.

Et puis le temps de l’amour, aussi d’une mère pour son fils, d’une fille adulte pour son père, d’une femme perdue pour … Allez savoir !
Johan THEORIN, un auteur que je suivrai encore lorsque l’occasion m’en sera donnée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s