51aGM37BiyL._SX210_Ce qu’en dit l’éditeur:

Zibal est un petit génie. Ses inventions auraient d’ailleurs pu lui rapporter des millions mais tout le monde n est pas doué pour le bonheur et Zibal, malgré ses diplômes, se retrouve à 42 ans vendeur de macarons à l’aéroport d Orly.
Un jour, devant son stand, apparaît Alice, une jeune et belle aveugle qui s’apprête avec son labrador Jules à prendre l’avion pour Nice où elle doit subir une opération pour recouvrer la vue. L’intervention est un succès mais, pour Jules, affecté à un autre aveugle, c’est une catastrophe. Jules fugue, retrouve Zibal et, en moins de vingt-quatre heures, devient son pire cauchemar : il lui fait perdre son emploi, son logement, ses repères. Compagnons de misère, ils n’ont plus qu une seule obsession : retrouver Alice.
Un roman plein de tendresse, mené par un trio digne des plus ébouriffantes comédies hollywoodiennes.

Ma cote: 6/10

Mon avis: 

 

Avec « Jules », on retrouve l’écriture alerte, légère, gentille et sans fioriture inutile de Didier VAN CAUWELAERT. Ses personnages quelque peu cassés par la vie, déjantés et sans prétention n’ont, finalement, qu’une seule et même idée en tête, trouver, garder ou récupérer leurs places dans un monde qui va trop vite pour eux. Trop vite parce que l’âge est là. Trop vite parce que le monde tourne à la vitesse de ceux qui ont tout leurs moyens, les diminués étant tout le temps essoufflés. Trop vite parce que les derniers problèmes n’ayant pas encore trouvé de solutions, il pleut de nouveau des tuiles sur ces cabossés de l’existence.
Et, dans ce récit, écrit pour être scénarisé et offrir un de ces bons petits films de fin de semaine qui délassent et détendent sans trop poser de questions au spectateur avachi dans son salon, la vedette, super active, inventive, débordante d’énergie est Jules, chien de secours pour aveugles et toutes autres personnes en perdition.
La vie, aigre-douce est filmée sous l’angle de la tendresse, du rapprochement des contraires, avec cette petite magie des situations ‘joséphiennes’ susceptibles d’un claquement de doigt ‘Fredien’ de métamorphoser pour vous une situation catastrophique en un moment de grâce et de sérénité parfaite.
Même s’il n’est pas facile de croire à une telle vie, il est bon d’y rêver. Et avec un Jules qui vous câline, qui pourrait y résister?

Un bon petit livre qui ne vous prend pas la tête et vous réconcilie avec l’accumulation d’embarras que la vie nous réserve parfois!

Citations:

  • Tout a un sens, pour peu qu’on ait un but.
  • Quant à la gestuelle des textos, elle crée dans les rues, les transports, les bureaux, une chorégraphie digitale de clones que je suis la seule à trouver grotesque. La ville est peuplée d’autistes qui parlent tout seuls sans se regarder.
  • Sauf dans les cas d’urgence, il est tellement plus gratifiant d’abandonner à son adversaire l’illusion de la victoire tout en sachant combien il serait facile de l’écraser.
  • Cela dit, je le sais par expérience : plus on tombe de haut, mieux on ouvre le parachute.
  • Il est temps que je me montre à la hauteur de ces choix. Ou du moins que je cesse de m’en croire la victime.

A propos de l’auteur: [source: Wikipedia]

Didier van Cauwelaert a un père avocat qui aurait aimé être écrivain. Inventeur, conteur-né, riche aussi d’une histoire familiale mouvementée ralliant la Flandre à la Côte d’Azur, ce père menace de se tirer une balle dans la tête, se croyant condamné à ne plus marcher, après un grave accident de voiture qui l’a laissé très handicapé. Didier van Cauwelaert qui a alors sept ans et demi décide pour ce père de devenir le plus jeune écrivain du monde. Dès son jeune âge, il envoie ses ouvrages à des maisons d’éditions et essuie de nombreux refus. En 1982, alors qu’il a vingt-deux ans, son premier roman « Vingt ans et des poussières » est publié aux Éditions du Seuil. Ses trois romans suivants sont publiés chez cet éditeur.

Son roman « « Un objet en souffrance en 1991 marque son changement d’éditeur, il rejoint les Éditions Albin Michel. Malgré l’obtention de divers prix tout au long de sa carrière, on retient principalement le Prix Goncourt en 1994 pour « Un aller simple ».

Auteur prolifique, il a écrit plus d’une vingtaine de romans et a participé à la réalisation de plusieurs pièces de théâtre, de bandes dessinées et de spectacles musicaux.

L’auteur se qualifie de « romancier de la reconstruction ». Ses ouvrages pour la plupart abordent la construction de gens en difficulté, en souffrance. Il prétend aussi être le produit de ses livres et non l’inverse. Il cite pour maîtres d’écriture des figures de l’écriture, notamment Marcel Aymé et Romain Gary.

En mars 2009, il est candidat à l’Académie française au fauteuil de Maurice Rheims. Les « Immortels » lui préfèrent François Weyergans. Il est de nouveau candidat à l’élection du 14 novembre 2013, déclarée blanche (aucun candidat élu faute de majorité).

Œuvres, pour ne retenir que ses romans, on peut citer :

Vingt ans et des poussières, 1982

Poisson d’amour, 1984

Les Vacances du fantôme, 1986

L’Orange amère, 1988

Un objet en souffrance, 1991

Cheyenne, 1993

Un aller simple, 1994  (Prix GONCOURT)

La Vie interdite, 1997

Corps étranger, 1998

La Demi-pensionnaire, 1999

L’Éducation d’une fée, 2000

L’Apparition, 2001

Rencontre sous X, 2002

Karine après la vie, coauteur avec Maryvonne et Yvon Dray, 2002

Hors de moi, 2003

L’Évangile de Jimmy, 2004

Attirances, 2005

Le Père adopté, Albin Michel, 2007

La Nuit dernière au xve siècle, 2008

La Maison des lumières, 2009

Thomas Drimm – Tome 1 : La fin du monde tombe un jeudi, 2009

Les Témoins de la mariée, 2010

Thomas Drimm – Tome 2 : La guerre des arbres commence le 13, 2010

Le Journal intime d’un arbre, 2011

Double identité, 2012

La Femme de nos vies, 2013

52 cadavres exquis, collectif avec Didier van Cauwelaert, Tatiana de Rosnay, Harold Cobert, Irène Frain, Daniel Picouly, Christine Orban, Yann Queffélec

Le Principe de Pauline, 2014

Jules, 2015

On dirait nous, 2016

Le retour de Jules, 2017

Les références:

Didier Van Cauwelaert

ISBN : 2253070807
Éditeur : LE LIVRE DE POCHE (22/03/2017)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s