de Bergsveinn Bergson

Editeur: Points (19/02/15)

ISBN: 978 2757 840 797

Ma cote: 6 / 10

Mon avis:

« La lettre à Helga » (Ed. Points P4043) est un petit livre (125 pages) sorti de la plume de Bergsweinn BIRGISSON, auteur islandais. C’est l’histoire d’une passion amoureuse qui a habité toute la vie de Bjarni, éleveur de moutons en Islande et à côté de laquelle il est cependant passé. Par soucis du devoir? de l’honneur? du manque de courage? d’une certitude de pouvoir se réaliser dans une vie de campagne alors qu’il succomberait à l’étouffement de la ville? Un peu de tout cela, sans doute.

Si la lettre d’amour, envoyée trop tard, en fin de vie, ne permet pas un « happy end » suivi du légendaire « Ils vécurent heureux … », le livre est l’occasion, pour l’auteur, de signifier la pénibilité, nimbée de charme, du métier d’éleveur, de fermier au coeur d’une nature rude, féroce mais superbe!

Ce petit livre aurait pu devenir grand s’il avait pu jouir d’une plus grande stabilité de style. On y trouve du poétique désuet, du direct banal, de l’humour grinçant et des plaintes qui donnent envie de rire… Pas toujours facile, pour le lecteur, de rentrer dans le monde de l’auteur, son propos, le sens caché de sa lettre amoureuse. Il reste un bon moment de lecture dont il convient d’en attendre ce que notre coeur a envie d’y voir.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Au seuil de sa fin de vie, Bjarni – fermier islandais – décide de rompre le silence et d’écrire une longue lettre à son grand amour perdu, Helga, sa belle voisine. Il y raconte l’existence qui s’est écoulée, de l’après-guerre à nos jours, les temps qui changent, la solitude glacée, mais surtout livre le secret d’une âme simple et le regret qui la torture : n’avoir pas su rompre avec son mode de vie immémorial en fuyant avec elle à Reykjavík. Bouleversante, brûlante et souvent drôle, cette Lettre à Helga est aussi prétexte à l’évocation d’un monde révolu : celui d’une vie paysanne traditionnelle islandaise qu’anime une âme pétrie de lectures bibliques et de légendes, entre mer et glace. Un roman épistolaire rafraîchissant et grave à la fois.Rufus interprète La Lettre à Helga en usant de toutes les facettes de son immense talent, mélange de mélancolie et de passion brûlante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s