Tomes 1 et 2

De Paul De Ré

Editeur: Murmure des soirs

ISBN 978-2-930657-14-1 – D/2013 (tome 1)

ISBN 978-2-930657-21-9 – D/2014 (tome 2)

Mon avis: 9 / 10

Mon avis:

« La Pierre au coeur » et le tome 2, « Les chemins du devoir » (Ed; Murmure des soirs, 2013 & 2014) sortent de la plume de Paul De Ré. Cet auteur belge, habituellement catalogué écrivain du terroir, signe ici une histoire universelle dont le thème central est la quête d’identité à travers la recherche éperdue d’un père inconnu.
Célestin est jeune carrier en Ourthe-Amblève. A la maison comme à la carrière, la vie est dure, le climat rude et le confort absent. Son Père, il ne l’a jamais connu. Il vit donc avec sa mère, décidément bien taiseuse sur ce géniteur mystérieusement disparu. Célestin ne se contente plus de ce silence. Il va transgresser l’interdiction d’aller à Anthisnes, village, semble-t-il, de la famille paternelle. Après d’étranges découvertes dont un certificat de compagnon et un surnom aussi énigmatique que « Fidélité de Carpentras », Célestin quitte la maison, sa mère et se lance sur les routes mystérieuses des chemins du devoir à la quête de ce père et de la maîtrise de la Pierre. Celle-ci, personnalisée par l’auteur par le P majuscule du titre, il l’a dans la peau et dans le coeur! C’est pour elle qu’il veut vivre. C’est par elle et avec elle qu’il se découvrira!
En plus de la légitime recherche des origines, cette histoire sent bon le parcours initiatique des Compagnons, de la fidélité et l’entraide qui les animaient sur les routes. Un monde à (re)découvrir. J’ai aimé!

Ce qu’en dit l’éditeur:

Célestin, jeune carrier de la région d’Ourthe-Amblève, est né « de père inconnu ». Il vit seul – et bien chichement – avec une mère qu’il adore, mais dont les réponses quant à l’identité de son géniteur ne peuvent plus lui suffire.
Allumée, voici deux ans, par la réflexion d’un camarade d’école, sa curiosité n’a cessé de s’aiguiser au fil de certains silences ou regards entendus, et ce n’est pas le serment que lui a extorqué sa mère (celui de ne jamais mettre les pieds dans le village d’Anthisnes, berceau de sa famille) qui va l’empêcher de chercher … et de chercher encore.
Ses premières investigations ne l’avancent guère ; mais voilà qu’au hasard des Chemins du secret, il découvre tout un attirail qui fleure le mystère : une longue canne au pommeau d’ivoire, une série de rubans marqués de signes cabalistiques … et surtout un curieux certificat où figure en toutes lettres, parmi les formules cryptées et les cachets de certaines villes de France, le nom d’un certain compagnon « tailleur de pierre du Devoir »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s