Par Alexandre Page

Nouvelles (254 pages)

Editeur: Auto édition (11/03/2021)

ISBN: 9798599126454

Ma cote: 8/10

Ma chronique:

Simplement, Alexandre Page m’a demandé si j’acceptais de lire son recueil de nouvelles. Je pense qu’il avait repéré dans mes chroniques que c’était un genre littéraire que j’appréciais. Je me suis donc trouvé devant en compagnie de La petite dame sans et autres récits.

Pour entrer dans le monde de l’auteur, du moins dans ce recueil, il faut accepter de laisser au vestiaire son GSM, son laptop, sa montre surtout si elle est programmée pour nous rappeler sans cesse à la course folle de notre présent. Il est bon, aussi, d’y laisser nos certitudes et nos préjugés sur ce que doivent être des ‘nouvelles fraîches’. Car l’auteur nous emporte au temps de Maupassant et tel un journalisme croquant les faits divers et les scandales, il nous passe les nouvelles.

L’écriture épouse le rythme de la vie d’alors. Les descriptions des personnages (le plus souvent inspirés par ceux-là même qui, à l’époque, ont défrayé la chronique) est subtile, les lieux correctement plantés, le lecteur sait où il se trouve même s’il découvre un monde qu’il avait oublié, voire totalement méconnu. ET, cerise, tout est inspiré de faits réels et prouve un très sérieux travail de recherche de la part d’Alexandre Page.

La dame sans, l’amant jaloux, tous, hommes, femmes sont ciselés en peu de mots mais avec une telle justesse. Les caricaturistes d’aujourd’hui éprouveraient un réel plaisir à illustrer ce recueil.

Et, sans aucun doute, on se trouve, avec ces nouvelles devant toutes les bassesses et quelques fois les beaux côtés de l’âme humaine. Les découvrir à partir de nouvelles à la manière de Maupassant nous donne la liberté de transposer nous-mêmes ces intrigues et ces violences dans notre société actuelle, la nôtre, celle dans laquelle nous jouons aussi un rôle. Quel est-il ? Je pense que c’est la réponse à cette question que l’auteur nous invite à construire et si nous n’en avons pas le courage, il restera au moins un recueil de belles histoires, témoin du Temps, merveilleusement contées par un Alexandre Page qui tient très bien sa plume également. A découvrir. Merci à l’auteur pour sa confiance.

Ce qu’en dit l’auteur:

Un homme encombré de ses épouses, un journaliste arriviste et sans scrupule, une vieille dame cupide ou une bande d’assassins, La Petite Dame Sans et autres récits explore à travers une galerie de personnages vrais un XIXe s. obscur et interlope. Dans la grisaille des vies anodines, derrière l’intimité des murs, sur le pavé des rues, c’est une plongée vertigineuse dans l’horreur, le pathétique, le risible ou le troublant à laquelle Alexandre Page nous convie au fil de ses nouvelles. 31 récits inspirés de faits réels qui pour conduire 150 ans dans le passé, résonnent étrangement avec le présent et rappellent l’étonnante constance de la nature humaine dans ce qu’elle a de plus sombre ou de plus héroïque.

2 commentaires sur « La petite dame sans et autres récits »

    1. Il y a, dans l’écriture d’Alexandre Page, un petit côté vieillot qui me rappelle ce que racontait ma Grand-Mère quand elle parlait ‘ de son temps’! Un petit côté ‘Madeleine’ où le pire d’alors n’était finalement ni plus, ni moins pire que celui d’aujourd’hui. La bassesse s’est toujours élevée à la même hauteur.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s