Par Alain Leclercq

Nouvelles

EAN : 9791037725547

Le Lys bleu Editions (mars 2021)

286 pages

Ma cote : 5/10

Ma chronique :

Un recueil de nouvelles, un de plus. En quoi peut-il se distinguer des innombrables publications éditées ces derniers temps dans cette catégorie littéraire ?

A la lecture du titre et l’ouverture de ce recueil avec ‘Au bout du conte’ et ‘Meilleurs vieux’, on comprend tout de suite que l’auteur, Alain Leclercq, a choisi l’humour et tout particulièrement les jeux de mots pour nous offrir un pastiche des contes de notre enfance et une visite en EHPA, le tout   décalé à la manière de ce qui pourrait devenir les bases de bons sketchs pour un humoriste débutant.

On apprécie – ou pas -, mais cela fonctionne. Un peu mécaniquement, je veux dire sans trop d’âme, mais les idées tournent, les phrases s’enchevêtrent et on sourit. Quelques fois, à tout le moins. S’il y a problème, il est dû à la répétition de la tactique des jeux de mots, notamment à travers les noms donnés aux personnages. On le sait, la mécanique du rire, au-delà de trois temps forts non suivis d’une bascule, fatigue et s’affaiblit. On ne décolle pas.

Il est vrai que dès la troisième nouvelle, le ton semble changer, quitte à verser dans le sordide. Avec ‘Retour à la vie’, on ne sourit même plus avec M. Kaffergaf !

C’est que cela agace, les jeux de mots à deux sous. Et l’histoire – ou plutôt l’artifice – se répète. Dans ‘un silence, deux morts’, sombre histoire de pompes funèbres, l’entrepreneur s’appelle Danlafosse, il est interviewé à Radio Thérapie où il contera notamment l’histoire de Jacques Thualize, son dernier client[…] Alors, même si l’auteur reprend à son compte ce vieil adage qui dit que parler de la mort n’est pas faire preuve d’un manque de savoir-vivre et qu’il certifie enterrer ses morts en grande pompe sous prétexte qu’il chausse du 47,5, on a envie de penser que l’auteur est lucide lorsqu’il met dans la bouche de son héros la notification « Peut mieux faire indéniablement ».

Outre les jeux de mots (on aurait envie de dire les œufs de mots qu’Alain Leclercq pond avec autant d’aisance qu’une anguille sous roche), un artifice surutilisé est la comparaison. Sans en dire plus, je cite :

L’entrevue fut de courte durée et aussi empreinte de chaleur humaine et chargée d’émotion qu’une réunion au sommet de fanatiques djihadistes à la veille d’un attentat.

Tel un suppositoire au camphre dans un anus fiévreux, elle se plongea profondément dans la lecture de cette lettre manuscrite.

Quand elle referma provisoirement la porte sur ses malheurs récents, ses mains tremblaient autant que celle d’un rescapé de la chaise électrique un jour de panne de courant.

Les questions jaillissaient de partout et assaillaient son cerveau encore embrumé telle une ribambelle de morpions faméliques sur un pubis négligé.

Je laisse chacun juge. Moi, je me fatigue vite d’une telle diarrhée de mots pour une constipation d’idées faisant vraiment avancer les récits. Mais je peux entendre que ce style plaise.

Que ce soit avec la nouvelle ‘PPDDéDCDIR’ (vous aurez lu Papy Dédé est décédé hier), ou encore avec ‘Polar nordique’, une nouvelle au fluide glacial faisant lourdement référence aux écrits du romancier Arnaldur Indridason, ou enfin ‘S’il faut prendre racine’ (librement inspiré de Phèdre, dit l’auteur), tout est du même tonneau. 286 pages de nouvelles où très tôt, personnellement, je n’ai plus eu l’impression de découvrir quoi que ce soit de neuf. Un feu d’artifice de calembours qui collent aux textes comme les carambars caramel collent à l’humour décalé.  

Et ce ne sont pas les enquêtes ‘David Chicode’ ou celle du lieutenant Mylène Mikoton et de son coéquipier Lamouche Ahmed qui me convaincront de défendre à tout prix ce recueil de nouvelles.

La seule question à se poser étant de savoir si ce type d’humour et d’écriture nourrit son lecteur. A chacun d’y répondre, vous avez les clés en main !

Ce qu’en dit l’éditeur :

Vingt et une nouvelles de tonalités différentes qui sont autant de dépaysements avec l’humour en point commun. Vingt et un voyages au pays de l’amour des mots. Sourire reste la meilleure arme contre la morosité. Chaque nouvelle est une gourmandise qu’il faut prendre le temps de savourer au fil des pages. Chacune est un dépaysement loin de la grisaille du quotidien, loin des soucis et des tracas. Amis lecteurs, si vous aimez les voyages vers des Contrées-Nouvelles, alors n’hésitez pas – ensemble nous allons lever l’encre.

À propos de l’auteur :

Alain Leclercq a fait de l’écriture sa passion et de l’humour son arme favorite.

Auteur de nouvelles et poète à ses heures, il peut désormais s’y consacrer totalement depuis qu’il est retraité.

6 commentaires sur « Vous mendierez des nouvelles »

  1. @geneviève et @laboucheaoreille: Oui, ma cote révèle ma compréhension du fait que certains aiment cela. Pour ma part, je ne conseillerai ce livre à personne, y compris aux adeptes des calembours car je crains, qu’à leurs yeux, ceux des autres paraissent plus lourds que ceux qu’ils produisent eux-mêmes.

    J'aime

    1. @Madame lit: La franchise étayée me paraît la bonne solution pour permettre à chacun de se situer. Je ne prescris aucune lecture, je défends, ou non, le plaisir de mes découvertes. Comme tu le dis, chacun peut passer.

      Aimé par 1 personne

Répondre à laboucheaoreille Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s