Par Luisa Gallerini

Editions : Auto-édité

ISBN : 9782491398385

178 pages

Ma cote : 8 / 10

Ma chronique :

Et si l’indicible n’était pas inconcevable ? Ce n’est pas parce qu’on ne peut disposer des mots pour se dire qu’on ne peut concevoir une autre façon de voir la vie et de la faire sienne. Zacharie est un petit garçon qui aime poser des questions. Curieux de tout, il agace, dérange, fatigue et son entourage n’est pas toujours disposé à lui répondre. Est-ce seulement une question de disposition ou d’inaptitude ? Car Zacharie, lui, entend des réponses à ses questions. Elles lui sont données par le tournesol qu’il croise ou par l’albatros, ou encore une méduse, un crabe ou une chèvre… et bien d’autres étranges livreurs d’ouverture, de liberté et d’infinitude. Des passeurs de clés !

Avec délicatesse, l’autrice Luisa Gallerinisorti, nous immerge dans un monde qui n’est pas le nôtre et qui pourtant possède les différentes clés permettant de mieux le comprendre et multiplier ses possibles. Docile puis intéressé et même passionné, le lecteur se prend au jeu de découvrir le sens du symbole de l’infini, la puissance du tout en un, la différence entre prendre un chemin et le suivre, la richesse d’une descente au plus profond de soi-même ou encore l’existence relative du haut et du bas qui n’existent que l’un par l’autre, l’un pour l’autre.

Bourré de sentences séduisantes (même s’il faut toujours relativiser les propos d’un conte initiatique ou ésotérique) ce livre nous balade d’images fantastiques en réflexions sur notre agir habituel, notre peu de compréhension profonde des choses. Ce livre, curieux, ira jusqu’à faire l’éloge de la paresse la trouvant efficace… comme on est loin de l’apologie de l’effort, du mérite et de la performance !  Ce conte, ces contes fantastiques, mettent en scène, sans trop les nommer, les préjugés qui saturent notre société et l’empêchent peut-être d’évoluer vers un mieux-être, une nouvelle vie ou l’inconcevable est pourtant là ! Etrange mais pas dérangeant, ce voyage nous ramène à nous-mêmes.

En compagnie de la reine des abeilles devenue ouvrière, de Julaxie, l’opale victime du chaos et fort de toutes ces rencontres, questions posées et réponses obtenues, ou entrevues, ou encore à explorer, Zacharie, l’enfant curieux est devenu vieux. Vieux ou jeune depuis plus longtemps que d’autres ? Allez savoir ! Toujours est-il qu’alors qu’il fête ses soixante-quinze ans, il voit venir chez lui Lisa, sa petite-fille âgée de dix ans, l’âge qu’il avait rencontré le tournesol.

Et c’est le réveil. Zacharie n’avait plus en tête tous les détails mais elle était restée présente en son cœur, cœur complice d’un enfant qui cherche, pose des questions et veut découvrir le sens du monde. Ce monde puzzle dont nous avons les pièces et dont il nous faut juste comprendre le bon agencement.

Un style, une écriture, une imagination sortant de l’habituel schéma narratif qui fera sourire et réfléchir plus d’un lecteur conquis par cette approche originale mêlant les contes fantastiques aux recherches scientifiques actuelles, mariant la physique quantique à la puissance créatrice de tout observateur du monde. Ce voyage m’a plu. Merci à l’autrice de me l’avoir orchestré.

Ce qu’en dit l’autrice :

Que diriez-vous de recevoir les clés qui ouvrent les portes de l’invisible ?

Zacharie est un garçon qui pose beaucoup de questions, et ce jour-là, le premier à lui répondre est un tournesol. « Tout arrive pour repartir, meurt pour renaître, s’arrête pour recommencer » : tel est le message de la plante qui lui offre, avant qu’ils ne se séparent, une clé aux pouvoirs inconnus. Pour Zacharie, la journée ne fait que commencer.

Des années plus tard, Lisa découvre une boîte de clés dans le grenier de son grand-père, Zacharie. Pour l’enfant, cela ne fait aucun doute : elles sont magiques. Mais quel est leur secret ? Qu’y a-t-il de l’« autre côté », ce monde invisible où elles semblent mener ?

Entre conte initiatique et récit fantastique, cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui n’ont jamais cessé de se poser des questions et ont toujours su, au fond d’eux-mêmes, que certaines réponses laissaient entrevoir l’inconcevable.

A propos de l’autrice : [source : le site de l’autrice]

Luisa Gallerini est une romancière française née en 1976 à Paris. Sa mission : repousser les limites du réel en y invitant le surnaturel et l’impossible, l’imaginaire et la poésie, la spiritualité et l’invisible.

Passionnée de sciences et de lettres, d’égyptologie, d’art, de littérature fantastique, de phénomènes paranormaux, d’énigmes et de codes secrets, elle s’illustre dès son plus jeune âge dans l’évasion systématique des « cases », ces boîtes mentales qui vous enferment dans un style, un mode de vie, une apparence.
Diplômée de l’université Pierre et Marie Curie en mathématiques, elle rédige en parallèle de ses

2 commentaires sur « Les clés de l’autre côté »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s