De Mathieu Ménengaux

Maison d’éditions : Grasset (3 mars 2021)

EAN : 9782246826866

Roman

121 pages

Ma cote : 6/10

Ma chronique :

#Femmesencolère #NetGalleyFrance

Femmes en colère, le dernier titre que sort actuellement Mathieu Ménegaux fait immanquablement penser à Douze hommes en colère, la pièce de théâtre écrite, en 1954, par Reginald Rose et qui mettait en scène le huis clos d’un procès américain.

Dans le cadre de la chronique du jour, Femmes en colère, on peut estimer que, grosso modo, le même décor reste planté, à l’exception du fait que le procès se passe à Rennes en juin 2020 et qu’en parallèle aux délibérations des jurés encadrés par trois magistrats professionnel, l’auteur évoque ce que pense et écrit l’accusée qui attend, dans son box du Palais de Justice que tombe le verdict.  

Il faut reconnaître que Mathieu Ménengaux semble parfaitement maîtriser les rouages du déroulement d’un procès d’assises et du rôle de chacun des participants. Le livre se lit donc aussi comme un roman didactique sur le fonctionnement de la Justice, avec ses bons et mauvais côtés, ses luttes d’influence, le jeu de la Presse et de l’opinion publique qui ‘font justice’ avant-même qu’elle ne soit rendue. Tout cela est sympathique, instructif mais pas vraiment neuf.

Alors quelle est la force du livre ? Peut-être la place de l’accusée qui, en fait, pourrait tout aussi bien revendiquer le statut de victime tandis que ses violeurs qui se drapent dans la position de victimes, mutilés à vie par la violence démoniaque de l’accusée, pourraient prendre la place sur le banc des accusés. Mais tout cela est tellement caricaturé à traits épais que le lecteur sent très tôt la bascule qui devra se produire, ne fusse que pour justifier l’édition de ce bouquin.

Le thème central du roman est sans doute à trouver dans la coexistence des langages, pensées et vérités différents qui relèvent des positions de chacun des acteurs. Il ne résulte d’un procès qu’une vérité judiciaire produite par la rencontre et les oppositions des points de vue divergents des différents intervenants. Le juge n’a pas envie que l’opinion publique pense qu’il peut ne fusse que comprendre la violence alors qu’il est là pour la condamner fermement. L’accusée, en rétro acte, sent bien qu’elle n’avait pas à se faire justice elle-même mais, par sa nature fondamentalement droite, elle refusera de suivre les conseils de son avocat pour qui simuler le repentir peut donner des gages de non-récidive à la cour et entraîner une moindre condamnation. Les violeurs jouent leur jeu de victime et n’ont qu’une seule idée en tête, défausser la vérité pour rester loin de tout reproche. Les jurés veulent défendre des causes qu’ils portent plutôt que de rendre justice, les jeunes magistrats auxiliaires veulent étaler leurs connaissances théoriques du Code… Bref, chacun joue son rôle mais personne – ou si peu – n’est dans la même pièce !

Femmes en colère se révèle, in fine, plus facile que plaisant à lire. Il propose quelques bonnes questions soulevées sur le fonctionnement de la justice et les limites à préserver pour admettre l’idée que personne n’a le droit de se faire justice lui-même. Tout cela est juste et bon … mais insuffisant pour donner naissance à un livre fort, capable de marquer les esprits et à faire reculer la barbarie du viol, d’une pseudo supériorité de l’homme sur la femme et de toute vengeance personnelle.

Ce qu’en dit l’éditeur :

Cour d’Assises de Rennes, juin 2020, fin des débats (auxquels le lecteur n’a pas assisté) : le président invite les jurés à se retirer pour rejoindre la salle des délibérations. Ils tiennent entre leurs mains le sort d’une femme, Mathilde Collignon. Qu’a-t-elle fait ? Doit-on se fier à ce que nous apprennent les délibérations à huit-clos, ou à ce que révèle le journal que rédige la prévenue qui attend le prononcé du jugement ?

Accusée de s’être vengée de manière barbare de deux hommes ayant abusé d’elle dans des circonstances très particulières, Mathilde Collignon ne clame pas son innocence, mais réclame justice. Son acte a été commenté dans le monde entier et son procès est au cœur de toutes les polémiques et de toutes les passions. Trois magistrats et six jurés populaires sont appelés à trancher. Doivent-ils faire preuve de clémence ou de sévérité ? Vont-ils privilégier la punition, au nom des principes, ou le pardon, au nom de l’humanité ? Avoir été victime justifie-t-il de devenir bourreau ?

Nous plongeons en apnée dans cette salle des délibérations d’un jury de cour d’assises. Neuf hommes et femmes en colère qui projettent sciemment ou inconsciemment sur l’écran de cette affaire le film intérieur de leur propre existence…

6 commentaires sur « Femmes en colère »

  1. Effectivement, le récit est poussif et, surtout, je n’ai rien trouvé de neuf, de surprenant dans ce livre. De tels récits ont déjà été écrits précédemment. Aucun nouvel angle de vue ne justifie un nouveau récit d’hommes ou de femmes en colère.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s