de Annick Cojean & Xavier Bétaucourt

Dessins de Etienne Oburie

Editions Steinkis / Plon (26/03/2020

ISBN: 9782368462584

Ma cote: 9 / 10

Ma chronique:

« Simone Veil ou la force d’une femme ».
Racontée avec délicatesse par Annick Cojean et Xavier Bétaucourt, dessiné avec réserve, pudeur et profondeur par Etienne Oburie, Simone Veil apparaît, dans cette biographie, comme un pilier de la fondation d’un féminisme fort, subtil et de première nécessité dans un monde politique où l’Homme n’a que trop tendance à vouloir s’octroyer le monopole du pouvoir de décision et ramener à lui toute décision comme s’il en était le père, le géniteur absolu, le seul capable d’y avoir pensé et avoir osé forcé le destin dans le sens du courant suivi par l’époque en cours.
Simone Veil, qui s’est donnée entièrement à la juste cause d’un féminisme équilibré, apparaît ici comme la femme forte et humble, insoumise à son époque et réservée, visionnaire et d’une intelligence remarquable tout en étant dépourvue de tout ego surdimensionné. Un portrait de femme de première nécessité, de femme dont le regard aigu démontre une formidable capacité d’analyse et de prise de recul face à un monde déséquilibré et porteuse d’un regard sur chacun empli de bienveillance, de simplicité et de chaleur dans la profondeur d’une relation vraie autant à l’autre qu’à elle-même.
Le portrait est-il parfaitement juste et colle-t-il à la réalité de qui a été Simone Veil ? Peu importe. Il est le résultat d’une commande d’un chef de rédaction à l’occasion du décès d’une femme qui a marqué son temps, qui a combattu, lutté et a laissé tant d’elle-même pour une cause noble et juste, la place de la femme dans notre société et le droit des femmes a décidé de leurs trajectoires, de leurs vies et de l’accomplissement d’elles-mêmes.
Le dessin de Etienne Oburie porte et sublime le scénario de Annick Cojean & Xavier Bétaucourt. A travers l’art de raconter, par quelques mots, quelques traits, ces auteurs laissent percoler le fin fond de l’âme qui anime la vie de Simone Veil, son passé, celui des siens et les épreuves traversées, les leçons de vie qu’elle en a tiré, la force d’un caractère qui mise sur un demain meilleur qui ne viendra que si on crée les conditions pour qu’il advienne. Simone Veil est un modèle de prise en charge de soi-même, de sa vie personnelle, de la vie d’une communauté, d’une collectivité mondiale.
« Simone Veil ou la vie d’une femme » est et restera un portrait appartenant à la lignée des héros de notre temps, hérauts d’un avenir meilleur si nous prenons soin de ne pas les oublier et si nous nous mettons en route pour leur ressembler, ne fusse qu’un tout petit peu.
J’ai aimé les tons pastels, retenus choisis par Etienne Oburie. A l’image de Simone Veil, le tracé semble léger mais il en émane une force tranquille qui jamais n’arrêtera de soutenir le projet, de combattre sans imposer l’acceptation d’une idée nouvelle, d’un combat à soutenir. Tout est déjà dit dans la couverture, Simone, l’héroïne davantage colorisée semble partir sur la gauche du lecteur. Sinistre est cette annonce de la mort,Simone s’est retirée de la vie active! En même temps, elle croise le regard du lecteur, elle s’appuie sur lui, attend de lui qu’il prolonge sa lecture sur la droite, l’avenir, la vie! Elle passe le flambeau et fais confiance, son message sera entendu. Par ailleurs, la couleur plus vive du personnage la désigne comme le héros à suivre, le modèle à identifier. le quadrillage de son tailleur donne des lignes de force, un cadre à l’action et à la réflexion. le plissé de sa jupe amène une notion de légèreté, une souplesse, une aisance ouvrant à une relation capable de se détacher du formalisme. Derrière elle, en estompé, un parterre de photographes de presse se presse pour rendre témoignage. Les objectifs braqués sur elle la transfigurent en objectifs de combat à suivre pour nous! Une seule ombre de journaliste se situe dans un autre plan, c’est le personnage privilégié de Annick Cojean, grande reporter internationale à qui la rédaction de l’hommage à Simone Veil a été demandée. Elle qui a eu la chance de connaître et de tisser avec Simone Veil une relation d’amitié devient la porteuse des flambeaux idéologiques à transmettre. Tout est dit, dès la couverture, le récit en lui-même ne fait que donné corps au message initial. Une belle réussite que cet hommage à une grande Dame de notre temps!
Merci aux éditions Plon pour le travail soigné de cette publication et pour m’avoir donné de découvrir cet ouvrage avec la complicité de Babelio.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Annick Cojean est grand reporter au Monde. Au fil de sa carrière, elle a croisé Simone Veil à plusieurs reprises. D’une rencontre à l’autre, une relation singulière s’est installée entre Simone Veil et la journaliste.

Une relation de femmes au-delà des fonctions.
Un portrait subjectif, délicat et parfois surprenant de la femme au-delà de l’héroïne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s