*Survivre aux crises*

De Jacques Attali

Editions: Le livre de poche

ISBN: 978 2253 156 710

Ma cote: 5 / 10

Mon avis:

Avec séduction, dès l’entame du livre, Jacques ATTALI affirme, à la fois l’importance, l’inéluctabilité, les ravages et les potentialités des crises liées à l’économie, aux famines, guerres, dictatures, catastrophes naturelles ou tragédies personnelles. Chacun peut, selon lui, mettre en place sept règles de survie qu’il écrit souvent sur-vie, signifiant par là qu’il est possible non seulement de traverser une vie difficile mais de se placer dans une vie supérieure en qualité.
Avec clarté, en mots usuels ou expliqués, il brosse des situations de crise passée ou à venir, avec des exemples concrets, des chiffres (parfois un peu trop), des dates qui poussent le lecteur à activer le mode d’auto-détermination qui peut être le sien et à se montrer avide d’en savoir plus sur ces gestes qui sauvent.
Jacques ATTALI développe donc, sur fond de crise financière internationale de 2008, les stratégies de survie qu’il faut activer anticipativement: le respect de soi, la valorisation du temps, l’empathie, la résilience, la créativité, l’ubiquité et le ‘penser révolutionnaire’. Si le sens de ces concepts n’apparaissent immédiatement dans l’énoncé, l’auteur les explique, les commente et les illustre à souhait.
Enfin, dans une dernière partie, J. ATTALI reprend ses sept règles et développe la manière de les activer pour que puissent survivre aux crises, les gens, les entreprises, les nations, l’Humanité (Une mention spéciale pour l’approche de la survie de l’Humanité, dernier petit mais dense chapitre de ce livre) . Cette partie peut apparaître répétitive mais, en même temps, elle relève de l’apprentissage en spirale si riche aux yeux des recherches actuelles en neuro-sciences.
Un petit livre qui en dit beaucoup … même si la mise en application de ces règles est difficile (l’auteur, lui-même, en convient) et que le propos s’avère dès lors plus tenir du discours que du témoignage. Il n’empêche, ce discours peut être mobilisateur… A chacun de prendre, d’essayer-ou non- de « chercher des fissures dans l’infortune ».

Ce qu’en dit l’éditeur:

La crise actuelle se terminera un jour, laissant derrière elle d’innombrables victimes et quelques rares vainqueurs. Pourtant, il serait possible à chacun de nous d’en sortir dès maintenant en bien meilleur état que nous n’y sommes entrés.

À condition d’en comprendre la logique et le cours, de se servir de connaissances nouvelles accumulées en maints domaines, de ne compter que sur soi, de se prendre au sérieux […].

Mon propos n’est donc pas ici d’exposer un programme politique pour résoudre cette crise et toutes celles qui viendront, ni de vagues généralités moralisantes, mais de suggérer des stratégies précises et concrètes permettant à chacun de « chercher des fissures dans l’infortune », de se faufiler entre les écueils à venir, sans s’en remettre à d’autres pour survivre, pour sur-vivre. Et d’abord pour survivre à la crise actuelle. J. A.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s