Par Marie-Bernadette Mars

Editions Academia (15/04/2019)

ISBN: 978 2 8061 0452 6

Ma cote: 10 / 10

Ma chronique:

L’échelle des Zagoria, publié avec soin et clarté par les éditions Academia, est le deuxième roman de Marie-Bernadette Mars dont j’avais déjà lu, avec plaisir, Kilissa en 2015. Une nouvelle fois, elle nous emmène en Grèce, celle des Colonels, celle d’une guerre civile qui divise, disloque, blesse, tue mais permet aussi l’émergence des visages emblématiques de ceux et celles qui refusent, luttent, prennent des risques au nom de la Liberté. Et ici, comme dans Kilissa, le lecteur ne s’étonnera pas de constater que l’auteure confie aux femmes le soin de passer aux actes de résistance. En effet, ce sont bien Stamatia et son amie Maria qui, alors, nourrissent le besoin de rendre au Pays sa dignité et ses valeurs de justice et d’ouverture et c’est Léa, la petite-fille photographe qui, de nos jours, se mettra en route pour que s’opère ce devoir de transmission qui, l’Histoire le prouve à souhait, est souvent assuré par les femmes.  Sans être féministe à outrance, Marie-Bernadette Mars est attentive à la dignité des femmes dans la vie, dans l’Histoire et elle aime souligner les rôles qu’elles sont capables d’assumer avec détermination.

Ce roman n’est pas qu’un récit d’époque. C’est aussi la recherche actuelle d’une petite-fille qui veut, avec son compagnon, partir à la recherche des traces de Yaya, une grand-mère qui perd peu à peu ses mots, son cadre, le passé qui l’a tenue debout toute la vie. « L’échelle des Zagoria » est donc un roman qui traite de la transmission des savoirs, des valeurs, des raisons de vivre et d’espérer. Un roman d’amitié intergénérationnelle, un livre de sagesse, une tranche d’humanité forte.

Au fil de courts chapitres très bien structurés, le lecteur découvre le lien qui s’est tissé entre Yaya et Léa, sa petite-fille, relation fondée sur la complicité, sur les régressions progressives de l’esprit, les pertes de mémoire et la quête des moments de vie enfouis. L’auteure décrit avec pudeur et vérité ce monde des maisons de repos où la vie s’effiloche, où les pièces du puzzle ne trouvent plus leur place, où elles s’estompent, disparaissent ne laissant souvent que désarroi, silence et perte d’autonomie.

Quand l’instant de Stamatia devient la seule vérité, celle du détail, puis celle de la confusion, de l’exact au mitan de l’imaginaire, Léa comprend l’urgence de faire parler les silences qui ont scellé la vie de sa grand-mère. Elle part donc en Grèce, pays dont elle connaît déjà tout le pan du classicisme, de l’architecture, de la mythologie et du théâtre. Mais c’est une toute autre photo qu’elle ira capter, celle d’un pays au sol rugueux, d’un pays où la politique impose à la jeunesse des choix à poser, celle d’une jeunesse courageuse, fidèle aux anciens et à leurs valeurs, une jeunesse résistante, humble et fière.

L’écriture de Marie-Bernadette est au service de son sujet. Tantôt elle l’encadre par la description quasi photographique de tranches de vie, petits bonheurs simples qui respirent la tendresse, le sens de la famille et la richesse des valeurs à partager. Tantôt au contraire, bardée d’interrogations courageuses, son écriture traduit le sombre, l’obscur, le nuisible de la violence et du non-droit qu’affichent les arrivistes, les parvenus, les frères grecques dont la noirceur de l’âme n’a d’égal que leur besoin de paraître et d’écraser autrui.   

En sus, l’auteur, du bout de sa plume, pose délicatement quelques questions éthiques sur la justice, le devoir d’intervention, le poids – ou non – d’un acte, l’existence d’une faute ou pas ! Elle ne tranchera pas, c’est au lecteur à le faire, éclairé par un récit qui, in fine, a tout dit.

Puis, dans une dernière partie, Marie-Bernadette Mars partagera sa conviction, son apaisement à propos du dernier voyage… Là où vont les cendres.  Le lecteur refermera ce roman en douceur. A coup sûr, avec un autre regard sur la vie et la transmission des valeurs qui lui servent de fondation.

Il est encore temps de le glisser sous le sapin… N’hésitez pas!

Ce qu’en dit l’éditeur:

Léa ignore pourquoi sa grand-mère Stamatia, d’origine grecque, n’a jamais parlé de son passé. En fin de vie, Stamatia demande à Léa d’effectuer à sa place le voyage aux Zagoria où elle n’est jamais retournée. Avec en toile de fond la guerre civile et la dictature des Colonels en Grèce, ce roman inscrit une relation familiale dans l’histoire. Il évoque la marge de liberté de femmes face à l’oppression, l’importance de la transmission par les mots, par l’histoire, par la photo.

Citations:

  • En écoutant Maria, je comprends que les femmes prenaient parfois des décisions importantes, mais dans l’ombre. Ce sont les hommes qui étaient propulsés en avant, en une sorte de mise en scène sociale.
  • Il y a ce que les mots disent, et il y a ce que les mots transgressent. Derrière une histoire, banale en apparence, peut se cacher un éloge ou une critique, un espoir ou un chagrin, la résignation, la vie.
  • Debout au milieu de la route, devant un mur de pierres, une femme s’est arrêtée. Elle est de profil. Un foulard noir lui entoure la tête. Elle porte un baluchon sur le dos. Elle est immobile. Sa main droite serre la courroie d’un sac de toile. De sa main gauche, elle se couvre les yeux. Son désarroi semble immense. Elle parait inconsolable. […] Elle exprime une telle détresse.
  • Comment peut-on changer à ce point? Mais où s’en vont la vivacité, l’élégance, le dynamisme? Où s’en va la vie?
  • Une main qui serre la mienne et me transmet tant de choses, silencieusement, intensément.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s