Les mots n’étant que des mots, leur vérité est au-delà. Dans ce qu’ils taisent, ne peuvent traduire. Trop chiches pour dire le beau, les mots tombent à plat incapables de donner écho aux silences qui hurlent en moi.

Comment dire la terre et le feu, l’air et l’eau qui fondent l’amour? Les mots parlent si peu devant la force d’un toujours. Comment évoquer ce feu mijotant au quotidien ce bonheur qui nous réchauffe tous deux alors que nous courtise le malheur? Et comment traduire la Terre? Elle nous porte, nous façonne, porte l’espoir en mère et permet qu’on la moissonne. Et comment siffler ce vent qui toujours, l’un à l’autre, nous mène? Qui, au-delà des crachats du temps, se fait complice de nos coeurs qui s’aiment.
Je voudrais tant nommer la source qui nous lave de nos peurs et qui, en nous, en douce, donne cours à ce torrent de bonheur…
Mais les mots n’étant que des mots, leur vérité est au-delà, dans ce qu’ils taisent, ne peuvent traduire. Quand donc je dis « Je t’aime » … C’est si peu dire!



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s