de Dario Correnti

ISBN: 9782226403032

Editeur: Albin Michel (29/05/2019)

Ma cote: 7 / 10

En 10 lignes, max! (Présentation du livre par frconstant)

Dario Correnti, pseudo d’une paire de journalistes italiens, signe un polar à quatre mains frappé du sceau d’une connaissance expérimentée de ce journalisme d’aujourd’hui qui sait d’où il vient mieux que où il va. Besana est un journaliste sur le départ. Ilaria, dite Morpion, est une ‘stagiaire kleenex’ que l’équipe est prête à jeter. C’est sans compter sur Besana qui veut léguer son savoir-faire à quelqu’un digne et capable de jusqu’au boutisme dans la quête de la vérité. Le lecteur suivra donc une enquête journalistique qui, en opposition parfois avec la police, ira jusqu’au bout du bout pour comprendre et démasquer un tueur en série s’inspirant du premier serial killer italien. On y croit – ou pas – peu importe! On se laisse gentiment porter par les caractères trempés de ces enquêteurs même si, probablement, comme tant d’autres, ils se laisseront vite oublier.

Ma critique:

Dans le cadre d’une Italie du nord qui marque le récit sans pour autant le confisquer, « La nostalgie du sang » est le récit d’une enquête menée par une paire de journalistes d’investigations policières. Marco Besama, l’ancien, est sur le départ, Ilaria Piatti, la ‘stagiaire kleenex’ jetée par l’équipe est reprise en main par le vieux briscard qui a envie de transmettre le métier à une jeunesse apte à se former, à aller jusqu’au bout et à ne pas oublier que la nostalgie du sang existe. Quand on a goûté au sang versé injustement par les victimes, on ne peut quitter cette obsession de vouloir comprendre et confondre les coupables. Rien d’autre n’existe que cette quête de vérité. Et le confort d’une vérité accommodante avec une bonne conscience qui ne se laisse pas perturber par le doute est une ignominie qui n’a pas droit de cité.

Est-on dans un polar? Un thriller? La situation est certes complexe: Un serial killer qui, de nos jours, s’inspire des pratiques du premier On retrouvera donc, dans ce récit, toutes les ficelles d’un schéma narratif qui boulonne la lecture: adjuvants, opposants, distracteurs et indices qui permettront au lecteur de deviner qui, quoi et comment… Rien de bien neuf et l’inversion des rôles habituels, à savoir une police qui enquête et des journalistes qui informent, n’est pas de nature à « thrillerdiser » le récit!

Finalement, le côté le plus sympa est encore de marcher dans les pas de ce vieil ours qui tente de transmettre l’âme de son métier à cette jeunette à qui la vie fait peu confiance alors qu’elle a en elle la capacité de la décoder pour faire émerger la vérité.

Il restera un bon moment de détente et de lecture sans prise de tête que je dois à Babelio, sa Masse critique et les éditions Albin Michel qui, une nouvelle fois, m’ont accordé leur confiance.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Une série de crimes sauvages bouleverse Bottanuco, une petite ville du nord de l’Italie. Des cadavres de femmes mutilées, des signes de cannibalisme, des aiguilles disposées comme dans un rituel magique… Alors que la police se perd en fausses pistes et que l’insaisissable meurtrier continue de frapper, deux journalistes s’emparent de l’affaire : Marco Besana, un grand reporter menacé de retraite anticipée, et Ilaria Piatti, une stagiaire méprisée de la rédaction mais incroyablement douée pour traquer les coupables.

C’est Ilaria qui réalise qu’il pourrait s’agir d’un imitateur de Vincenzo Verzeni, le tout premier tueur en série italien de la fin du XIXe siècle. Mais qu’est-ce qui peut bien relier les victimes à ce tueur mort il y a plus d’un siècle ?

Best-seller en Italie, cette enquête à couper le souffle est portée par un duo de journalistes sensationnel et déjà légendaire. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s