CVT_Imaginer-la-pluie_9299

Ce qu’en dit l’éditeur:

Il n’a jamais connu que les dunes et le désert, et pour toute compagnie sa mère qui lui raconte un monde détruit par la folie des hommes. Ici point de rose à soigner, point de renard ou d’astéroïde à chérir. La nostalgie n’a pas cours, seul compte ce qui autorise la survie : un appentis pour s’abriter des tempêtes de sable ; quelques palmiers et un puits ; beaucoup de lézards – et de rares légumes.
Consciente que son petit prince devra un jour désirer autre chose, la mère fait de lui le dépositaire de ses souvenirs. Elle lui représente ce qui composait l’existence d’avant : le goût du café fumant, l’arôme des fleurs, la rosée du matin sur les fougères, les notes d’un piano – mais aussi la haine, la cupidité et la guerre. Elle sait qu’un jour il faudra partir, s’arracher à ce lieu familier mais précaire.
À la mort de sa mère, terrassé par le silence, le garçon entreprend un long voyage pour revenir vers les hommes.
Fable exquise sur le désert intérieur de chacun, composé d’épreuves, de solitudes et de mirages, Imaginer la pluie s’attache à l’inventaire de ce qui est réellement indispensable à notre bonheur.

Ma cote: 10/10  Coup de Coeur!

Mon avis: 

Imaginer la pluie… Imaginer la pluie quand on est un enfant depuis toujours dans le désert, après le cataclysme subséquent aux erreurs des hommes qui avaient alors, depuis longtemps, oublié que seul compte l’essentiel, même st surtout quand il est invisible pour les yeux !
Ionah a longtemps vécu dans le désert, avec sa mère, seuls auprès d’un puits, d’un dattier, de quelques maigres légumes et des lézards qu’ils arrivaient à piéger. Mère n’a pas beaucoup parlé, Ionah a cependant beaucoup appris. Et puis, quand la vie s’est mise à décliner, Mère s’est mise à conter le temps d’avant, à expliquer ce qui ne pouvait s’imaginer, la pluie, un piano, des tours, immeubles et beaucoup de gens qui courent après l’envie, l’argent, des chimères et oublient l’essentiel.
Ionah, plus tard, devenu adulte quittera l’appentis, le dattier, le puits et partira pour une longue traversée du désert. Riche en épreuves, questions, éléments de réponse et même découverte de l’autre. La vie finira-t-elle par lui donner envie de siffler ?
Santiago PAJARES nous livre ici une fable exquise sur le désert intérieur de chacun, dit l’éditeur (Actes Sud, avril 2017). Un Petit Prince revisité, d’une densité de réflexion qui n’a d’égal que l’apparente simplicité minimaliste du style d’écriture de l’auteur. Mais qu’on ne s’y trompe pas, produire une écriture aussi simple, sans fioriture et déversements d’adjectifs, d’adverbes et d’autres artifices littéraires, relève de la prouesse et de la grande maîtrise de son sujet de la part de Santiago PAJARES. Un livre à recommander, à partager sans modération. Un coup de cœur !

 

Les références: 

Santiago Pajares

ISBN : 2330075642
Éditeur : ACTES SUD (05/04/2017)
Illustration de couverture: Carole Hénaff

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s