de Frédéric GROS

Editions: Albin Michel (30/08/2017)

ISBN: 978 2226 395 288

Ma cote: 10 / 10

Mon avis:

Désobéir, le dernier essai de Frédéric GROS paru aux Éditions Albin Michel, est une mine d’or, un coup de coeur ! Documenté et référencé, cet ouvrage nourrira qui veut d’une saine réflexion à propos du rapport que chaque individu construit par rapport à lui-même et sa capacité, dès lors, à respecter ou transgresser les formes éthiques générales de l’obéissance et de ce qui est habituellement présenté comme son contraire, la désobéissance.
Dès l’entame, F. GROS reprend la provocation de Howard ZINN (1970) qui affirmait que la désobéissance civile n’est pas le problème. le problème étant l’obéissance civile ! Et de poursuivre en montrant comment l’individu lambda, eux, nous, moi, avons accepté l’inacceptable en obéissant, le plus souvent en surobéissant à des ordres politico-économiques qui creusent les inégalités de fortune, les injustices sociales et organisent la dégradation progressive de la Terre, notre environnement. Dans la foulée, Frédéric GROS montre alors comment, logiquement, le processus de création de richesses, le capitalisme, s’est appuyé sur l’inégalité entre les hommes et le pillage des ressources naturelles pour obérer l’à-venir sans plus laisser d’avenir à la majorité non dirigeante.

Professeur à Sciences PO, à Paris, F. GROS, durant tout son essai, dégage les racines mêmes de nos obéissances et enfonce le même clou : ‘La vérité prétendue telle est souvent une erreur majoritaire’, s’autoriser à y désobéir, non par provocation ou rébellion mais au nom d’une vérité plus grande, d’une obéissance plus digne est donc une finalité louable, un idéal de vie qui grandit chacun et l’Humanité !
Désobéir est une belle invitation à une réflexion critique sur ces formes d’être nouvelles que sont les postures de résistance éthique, de désobéissance civique, de ‘poils à gratter’ dans le dos de nos décideurs et de tous ceux qui, en pantoufles, profitent de ces protections octroyées aux nantis dans les états de droit si peu démocratiques dans lesquels, si nous n’y prêtons garde, nous risquons de passer à côté de nos responsabilités.
La majorité démocratique, celle qui commande à ses pairs, d’égal à égal n’est ni la majorité numéraire, ni la juridique qui édicte des lois et distribue les statuts. La majorité démocratique est cette capacité d’émancipation, d’indépendance et d’autonomie qui est cette exigence éthique au coeur d’un sujet critique de se tenir là où il doit être. Tenir sa place, être présent à la verticale de soi-même. Alors la question ne sera plus celle de l’obéissance ou de la désobéissance. Ce sera celle du commandement civique. Désobéir, c’est commander à soi-même d’obéir et de répondre à ce qu’attend de moi le moi que je ne puis déléguer. « Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ? Si je ne suis que pour moi, que suis-je ? Et si pas maintenant, quand ? » (Hillel Hazakem)
En obéissant au moi ‘indéléguable’, je deviens moi-même et l’obligé des autres au nom de valeurs qui dépassent l’individu mais lui rendent un rôle central dans le collectif.
Désobéir, de Frédéric GROS, un livre à lire, relire, méditer … un livre phare dans notre recherche d’humanité !

Citations :

  • La rationalité actuarielle impose de faire payer partout l’argent cher à ceux qui n’en ont pas. Elle a pour elle l’évidence arithmétique glacée qui, à peu de frais, lessive l’âme des décideurs économiques.
  • La réalité des chiffres est introuvable (donc improuvable). Quand les équations sont prises comme source d’autorité (« Les chiffres sont là ! Les chiffres sont les chiffres ! ») … les tableaux Excel sont d’avance justifiés.
    Ce qui stimule F. GROS, c’est de chercher à construire une réponse à la question du pourquoi existent de telles injustices, de telles inégalités, de telles monstruosités qui mouchent la faible lueur de la flamme espérance qu’entretient péniblement le commun des mortels, déjà mort avant que d’avoir vécu. Pourquoi ?
    D’abord parce qu’il y a collusion entre les forces religieuses et les pouvoirs économiques. Dans une très belle revisite du poème de Ivan (Dostoïevski), F. GROS fait revenir sur Terre le Christ qui se fait arrêter une seconde fois par le grand Inquisiteur (Représentant officiel du pouvoir structurel religieux). Ce dernier interpelle le Christ en lui demandant pourquoi il revient encore tout déranger ! le Christ, muet, ne répond rien, ne force à aucune obéissance, n’a aucun ordre à donner. Tout le contraire des édiles religieux… Superbes pages invitant les pontifes politico-religieux à s’interroger avec un peu moins de foi en eux-mêmes et un peu plus en faveur de l’Humanité.
  • le Christ ne veut pas produire de l’obéissance. Il exige de chacun cette liberté où il croit voir la dignité humaine.
  • Avoir sur la conscience la charge de ses décisions… se dire que c’est à nous, à chacun pris dans la solitude de sa conscience, de choisir et ne s’en prendre qu’à soi-même, toujours, en cas d’échec ou de déroute, c’est écrasant !
    Elargissant le débat et le situant dans le contexte actuel, F. GROS pointe l’opposition entre la vertu politique, juste un apparat permettant à l’homme politique d’afficher une posture qui cache son art de rester au pouvoir et, d’autre part, la notion d’éthique du sujet, manière dont chacun se situe par rapport à lui-même et construit un rapport à soi depuis lequel il s’autorisera à accomplir ceci plutôt que cela, à désobéir, c’est-à-dire obéir à cela plutôt que ceci. C’est cette autorisation que peut se donner l’homme construit qui lui permettra de ne pas suivre aveuglément la pensée collectivisée, la pensée unique née d’un ‘puisque tout le monde le fait, c’est que c’est permis, donc juste !’
  • Les impératifs de l’acte politique (vitesse, efficacité, médiatisation, électoralisme …) mettent à mal les valeurs de justice, sincérité, loyauté, transparence. Quand un politique parle de morale, il fait encore de la politique.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Ce monde va de travers, à tel point que lui désobéir devrait être une urgence partagée et brûlante. Dans cet essai intempestif, Frédéric Gros réinterroge les racines de l’obéissance politique. Conformisme social, soumission économique, respect des autorités, consentement républicain ? C’est en repérant les styles d’obéissance qu’on se donne les moyens d’étudier, d’inventer, de provoquer de nouvelles formes de désobéissance : la dissidence civique, la transgression lyrique… Rien ne doit aller de soi : ni les certitudes apprises, ni les conventions sociales, ni les injustices économiques, ni les convictions morales.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s