De Victor Hugo

Edition: Le livre de poche

ISBN: 978 2253 136 538

Ma cote: 8 / 10

Mon avis:

« Claude Gueux », voleur récidiviste emprisonné à la centrale de Clairvaux a, en 1831 tué le directeur des ateliers. En 1834, Victor HUGO publie sa version des faits dans *la revue de Paris*. Un négociant, lecteur de la revue financera une édition tirée à part de ce récit de HUGO *afin de faire profiter de la grande leçon qu’il contient*. Et ce texte est toujours d’une superbe actualité!


En effet, il pose la question, non pas tant de la peine de mort que Victor HUGO veut faire supprimer, mais, plus fondamentalement, la question de l’éducation et celle de la pénalité. Une société n’est pas juste quand elle se contente d’établir des faits et, s’ils sont contraires à la Loi, de les réprimer aussi durement que possible. La prison ne peut servir à faire réfléchir un homme, à le contraindre au remord et à s’interroger sur sa réinsertion sociale quand, en même temps, par son fonctionnement, la prison déshumanise et accentue l’écart entre l’homme transgressif et la Société qui porte une part de responsabilité dans les faits établis à charge. Que Claude Gueux soit un voleur, qu’il soit le tueur, ce sont là des vérités…mais, Messieurs les jurés, posez-vous les bonnes questions: Pourquoi cet homme a-t-il volé? Pourquoi cet homme a-t-il tué?


Claude Gueux, une très belle invitation à réfléchir sur les réponses que la Société donne aux problèmes soulevés par le manque d’éducation, le manque d’humanité.
« ‘*Cette tête de l’homme du peuple, cultivez-la, défrichez-la, arrosez-la, fécondez-la, éclairez-la, moralisez-la, utilisez-la; vous n’aurez pas besoin de la couper.* »

NB: Petite réflexion pour tous mes amis wallons….

A la demande répétée de Claude Gueux à son chef d’atelier, ce dernier n’a répondu que par un refus d’écouter, un entêtement buté, un déni de pouvoir de parole pourtant légitimement réclamé, sans agressivité, par le prévenu… C’est curieux, moi qui suis Liégeois, je ne peux m’empêcher de rapprocher le nom du héros de Victor HUGO au « Clôs t’geûye ! » , « ferme ta gueule ! » qui est un des jurons wallons le plus souvent entendu…

Ce qu’en dit l’éditeur:

Pour nourrir sa famille, Claude Gueux, un ouvrier sans travail, commet un vol. Il entre en prison et sera finalement guillotiné. Comment ce terrible itinéraire a-t-il été possible ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s