de Ian Rankin

Editions: Le livre de poche

ISBN: 978 2253 099 185

Ma cote: 7 / 10

Mon avis:

Ma cote: 7/10

Mon avis:

Amateur de romans policiers, j’ai découvert Ian RANKIN fin 2014 à travers son roman « Le fond de l’enfer » (Ed. : Le livre de poche, n° 37044). Oui, je sais, comment est-ce possible de ne le découvrir qu’aujourd’hui??? Ne vous tracassez pas pour moi, je vais me rattraper et lire les autres tomes de la série J. Rebus.
Ecossais, né en 1960 dans le comté de Fife, RANKIN a étudié la littérature à l’université d’Édimbourg, interprété ses chansons dans un groupe rock et écrit son premier polar à la place de sa thèse… Pas très sérieux cela ! Je sais qu’il a finalement rédigé sa thèse de doctorat, c’est bien … mais, pour ma part, il a surtout bien fait de continuer à écrire ! Et à voir les nombreux prix qu’il a reçu pour ses romans, je ne suis pas le seul à le penser.
John Rebus est détective dans cet Édimbourg plutôt glauque, mal famé, confronté à un énorme problème de drogue et de sida. Inspecteur bourru, il combat le mal avec acharnement, prend ses distances avec l’autorité qu’il n’apprécie qu’à moitié et ne se trouve pas mal quand il sympathise avec les personnages objets de ses enquêtes. S’il semble souvent faire tout mal, il le fait bien et pour le bien ! « Le fond de l’enfer » évoque le fond que peuvent toucher certains junkies… mais aussi, et surtout, le fond et même les bas-fonds, dans lesquels la société friquée peut se complaire sans aucun respect du « matériel humain consommé ». Monde de noirceurs et de compromissions !
Plus inspiré par la littérature policière américaine que par celle des polars Britanniques, I. RANKIN fait immanquablement penser à James ELLORY … ce qui, franchement, n’est pas fait pour me déplaire. J’ai aimé !

Citations:

* Jusqu’où pouvait-on plonger pour une dose ? Réponse : jusqu’au fond. Même un peu plus bas.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Un junkie retrouvé mort dans un squat d’Édimbourg, juste un cadavre dont le corps a été placé sur le sol selon un étrange rituel. Une jeune fugueuse terrifiée qui pense que son ami a été assassiné. Mais tout le monde s’en moque. Ce sont les déchets de la société, des drogués et des petits délinquants. Mieux vaut s’intéresser aux nouvelles entreprises en plein essor et aux lotissements flambant neufs qui vont apporter la prospérité à une ville qui se vante déjà de sa « qualité de vie. » Il n’y a guère que l’inspecteur Rébus pour s’en préoccuper, sentir quelque chose de trop malsain, de trop dangereux pour être laissé dans l’ombre… Quelque chose qui n’est peut-être pas sans lien avec le monde merveilleux que promettent promoteurs et publicistes…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s