De Caroline Courtin

Publié chez IGGYBOOK

EAN: 978B08KQ8V86Z

56 pages

Ma cote: 5/10

Ma chronique:

Le tueur du campus, de Caroline Courtin, relève davantage de la nouvelle que du roman. Un texte court, 56 pages, une poignée de personnages et un lieu qu’on imagine limité, fermé.

Il y a tout d’abord, « Ma chérie-mon ange-ma puce-ma petite-mon bébé ». Vous conviendrez avec moi que pour l’héroïne, cheffe d’enquête, endosser tous ces noms passe-partout émanant d’une seule et même mère est insupportable, d’autant pour une jeune-fille en âge d’être étudiante sur le campus où va se vivre ce qui pourrait être l’œuvre d’un serial killer.

A côté de cette mère, un père qui biberonne sec au Whisky, un amoureux Sam à qui elle ne s’est encore jamais déclarée, sans oublier l’amie fidèle, Jenny, vous savez, celle avec qui on se dit tout ou à qui on le laisse croire. Et puis, le vieux Simon, concierge de son état… mais pas seulement !

Et très vite, la chute, non celle de la nouvelle mais celle, annoncée en 4e de couverture, de notre héroïne dans les escaliers. Je n’en dis pas plus sous peine de vraiment déflorer l’histoire et de rendre la lecture inutile, ce qui n’est évidemment pas le but d’une chronique.

Il reste au lecteur à découvrir cette sombre histoire, surprenante aux conséquences lourdes, aux certitudes à trier, aux surgissements de ruptures et d’avancées glauques et parfois chaotiques. Qu’est-ce qui est vrai ? Faux ? Qui est ce tueur du campus ? Où cela va-t-il nous mener ?

Sans vraies surprises, le lecteur lira rapidement cet opus à l’écriture transparente, travaillée dans son style plus que dans son originalité. Il découvrira, je suppose, assez vite de quoi il retourne. Le véritable intérêt devenant alors l’évolution des personnages et de leurs relations. Après tout, c’est ce qui compte le plus dans la vie !

Malheureusement, en une cinquantaine de pages, il est difficile d’approfondir chacun de ces identités qui, toutes cependant, existent bien dans notre société. J’aurais aimé cinquante pages de plus qui auraient ciselé ces caractères et renforcé l’intrigue. D’où ma cote faible. 

Caroline Courtin est, à ce jour, l’autrice de plusieurs livres dont l’Expérience (tomes 1&2), L’être des nuages (tomes 1&2), Le tueur du campus (Tome 1 & 2 & 3) et une trilogie de ces trois derniers repris en seul volume.  Elle est publiée par IGGYBOOK.

Ce que dit la 4e de couverture:

Un groupe d’amis : Sam, mon amoureux secret, Jenny, ma meilleure amie et moi, apprentie journaliste de 19 ans.
Quelqu’un qui me pousse dans l’escalier et un tueur sur le campus qui assassine des hommes, leur coupe les parties génitales et leur fait manger. Il rôde et pourtant, je me concentre sur la personne qui a voulu me tuer : un proche, un ami, mes parents ? Pour quelle raison ? Est-ce en rapport avec le tueur ?
Vivez une enquête irréaliste et surprenante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s