De Fred Vargas

Roman

Editions: Flammarion (2017)

EAN: 9782081413146

478 pages

Ma cote: 9 / 10

Ma chronique:

Dans la série policière du commissaire des brumes et nuages, la force de Fred VARGAS est d’avoir construit un commissaire Adamsberg, fort de toutes ses faiblesses et de l’avoir entouré d’une équipe hétéroclite de haute constitution, chacun ayant ses zones d’ombre, ses forces et les défauts de celles-ci. On pourrait, avec VARGAS, lire le roman pour les seules relations établies au sein de cette équipe, l’intrigue de l’enquête pouvant passer au second plan. Mais, on n’en est pas là car, en plus d’être excellente dans les combinaisons des relations humaines, VARGAS nous emmène toujours dans un ailleurs, un à part, un nouveau monde à découvrir, à craindre, à apprivoiser.
« Quand sort la recluse » (Flammarion 2017) laisse la place aux araignées, aux femmes recluses et à bien d’autres personnages encore, tous reclus dans leurs histoires, leurs passés qu’il leur faut affronter. Et Adamsberg n’est pas le dernier à devoir réagir ! Lire ce roman relève de la jubilation !
Cette fois, encore, le commissaire est en difficulté pour garder une équipe soudée. Les personnalités sont tellement fortes qu’il y a nécessairement affrontement, scission, coalition, recherche et perte de repères … qu’on pourrait écrire repaires où pouvoir s’installer dans les brumes et se gratter jusqu’à ce que la piqûre ne démange plus! Tout est construit, en finesse, énigmes et tentatives, fructueuses ou non, pour trouver enfin le 52e, passage libérateur rendant, in fine, valeur de succès au périple entrepris.
Vraiment, un très bon VARGAS … même si j’avais vu la recluse sortir bien avant la lettre. Néanmoins, lire Fred VARGAS, c’est en redemander ! Ne vous privez pas !

Ce qu’en dit l’éditeur:

« – Trois morts, c’est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n’est pas de notre compétence.

  • Ce qu’il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J’ai donc rendez-vous demain au Muséum d’Histoire naturelle.
  • Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ?
  • Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés.
  • Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l’araignée recluse ? »

Une nouvelle enquête du commissaire Adamsberg.

Un commentaire sur « Quand sort la recluse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s