de Adrien Bertrand

Prix Gongourt 2014

Editions Universitaires de Dijon

ISBN: 978 2364 410 961

Ma cote: 7/10

Ma chronique:

En 1916, Adrien Bertrand, s’est vu attribué le Prix Gongourt 1914 pour son titre « L’appel du sol ».

Il est un des premiers à avoir publié un récit sur ce qu’on nomme parfois la grande guerre mais qui fut, avant tout, une grande boucherie.

L’appel du sol est marqué par le récit des mouvements, déplacements, construction des abris, des tranchées et puis des attaques, replis et, de nouveau, assauts.

Adrien Bertrand, on le devine, s’identifie aisément à son héros, Vaissette, petit normalien agrégé de philosophie. A travers lui, il va nous faire découvrir, la fleur au fusil, l’exubérance de ces soldats qui répondaient à l’appel du sol, ce territoire français qui, parfois, les nourrissait à peine mais qu’ils étaient heureux et fiers de vouloir défendre.

Et puis, la guerre s’installe, la vie reste marquée du sceau de la volonté de gloire et de défense du pays mais le quotidien s’alourdit, il bascule dans l’horreur. Les têtes et les corps ne dansent plus à l’unisson. Les corps sont broyés par la machine de guerre, les esprits s’interrogent sur le sens de ce qui advient.

Entre les coups de bravoure, les coups de folie selon qu’on est de la troupe ou d’un poste de commandement à l’arrière, la vie stagne, le temps pèse et toujours la tête pense… Pourquoi cette guerre ? A quoi rime-t-elle ? Qu’est-ce qui pousse à tenir, à tenir encore ?

Lire l’appel du sol en 2020, qui plus est un jour de fête nationale, n’a de sens que si on s’interroge sur ce qu’on doit à nos aînés mais aussi sur ce qu’il nous faut construire pour éviter de revivre cela.

Le texte porte l’empreinte de son temps et des discours patriotiques d’alors. Je ne peux qu’être partagé à la lecture de ce récit. Respect pour ceux qui ont tout donné pour la Liberté, l’Honneur et le maintien de leur Pays ! Mais aussi tristesse pour tant de gâchis, de violence, de boucherie immonde.

La vraie grandeur d’un pays se mesure-t-elle à ses victoires guerrières et sanguinolentes ou aux victoires gagnées pour la construction d’une Paix et d’un Monde durables ?

Livre lu dans le cadre du défi littéraire de Madame lit.

Ce qu’en dit l’éditeur:

L’Appel du sol est une sorte de journal de guerre, dont la matière a été redistribuée sous forme d’un triptyque. L’auteur offre le tableau de trois grandes périodes : la surprise du début et la retraite – le ressaisissement et la victoire de la Marne – (août-septembre 1914), la bataille et la vie de tranchées de l’automne 1914 au printemps 1915. Le roman raconte les aventures de Vaissette, normalien agrégé de philosophie, sergent promu officier qui périt sur la ligne de bataille. Adrien Bertrand fait revivre une guerre de mouvement, celle que mène, au début du conflit de 14-18, un groupe de chasseurs alpins résistant en Lorraine et dans la Marne à la percée allemande. Le lecteur découvre un sombre tableau des réalités de la guerre, dont chaque épisode est marqué par la mort et l’esprit de sacrifice. La terre se nourrit du sang des soldats, comme le Minotaure crétois dévorait les enfants d’Athènes.

Un commentaire sur « L’appel du sol »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s