de Chigozie Obioma


ISBN : 978 2283 032 342


Éditeur : BUCHET-CHASTEL (03/01/2020)

Ma cote: 9 / 10

Mon avis:

Tout dans ce récit pourra paraître déconcertant à l’européen rationnel qui n’accepte d connaître que par sa raison ! Pourtant, il est, en vérité, d’une bien belle profondeur humaine.

Le lecteur se sent rapidement en empathie avec Chinonso, éleveur de volailles nigérien. Ce fermier au coeur tendre cherche à vivre en bonne entente avec son chi, cette petite voix intérieure, ange gardien, esprit protecteur des Igbos. C’est d’ailleurs ce chi qui nous conte l’histoire et nous fait comprendre, dès le début, que Chinonso a commis une faute puisque son Esprit protecteur cherche à intercéder en sa faveur auprès des divinités supérieures de ce peuple. Face au hasard, à sa disponibilité envers l’autre et son esprit sans arrière-calcul, on ne va tout de même pas lui reprocher d’avoir sauvé Ndali, jeune fille qui voulait en finir avec la vie en se jetant du pont ?

C’est évident, ces deux-là n’appartiennent pas au même monde. Elle est issue d’une famille aisée, fait des études universitaires et, même sauvée de la mort, elle reste loin d’être gagnante pour la vie. Son milieu n’acceptera jamais une liaison avec un fermier nourrisseur de poulets !

Chinonso, amoureux contrarié, va prendre une décision radicale. Pour être digne de sa belle, il vend tout ce qu’il possède pour, lui aussi, s’inscrire et apprendre à l’université. C’était sans avoir compris que ce qu’il avait, plus encore ce qu’il était, constituait la raison profonde de l’amour de Ndali à son égard.

Ce roman, d’une écriture ciselée, fine, poétique et sage est un condensé d’espoirs et de désespoirs, de volonté de bien faire et de ratés, d’amour cherchant à se poser au-dessus des convenances ancestrales et de la dure loi de l’appartenance à son rang.

« La prière des oiseaux » est une ouverture sur un monde que nous connaissons peu, un livre qui confronte l’Homme à son Destin et qui magnifie la force de ceux qui luttent contre tout déterminisme.

Merci à NetGalley, France et aux éditions Buchet-Chastel pour leur envoi et leur confiance.

Note: Son premier roman, « Les pêcheurs » avait fait, selon les critiques, forte impression. Je vais le déposer sur ma pile à lire tant j’ai aimé l’écriture d celui-ci.

Ce qu’en dit l’éditeur:

Chinonso, un éleveur de volailles du Nigeria, croise une jeune femme sur le point de se précipiter du haut d’un pont. Terrifié, il tente d’empêcher le drame et sauve la malheureuse Ndali. Cet épisode va les lier indéfectiblement. Mais leur union est impossible : Ndali vient d’une riche famille et fréquente l’université, alors que Chinonso n’est qu’un modeste fermier…

De l’Afrique à l’Europe, La Prière des oiseaux est une épopée bouleversante sur la question du destin et de la possibilité d’y échapper.

Finaliste du Man Booker Prize 2019

2 commentaires sur « La prière des oiseaux »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s