Par Nicolas Maleski

Editions: Harper Collins (08/01/2020)

ISBN: 979 1033 904 144

Ma cote: 8 / 10

Mon avis:

La science de l’esquive. Un roman de Nicolas Maleski édité chez Harper Collins (08/01/2020). Merci à NetGalley, France et à Harper Collins pour l’envoi de ce SP à découvrir.

L’esquive, une science pour le boxeur qui n’aime pas prendre trop de coups, un mode de vie pour Kamel Wozniak, cabossé de l’existence qui apprend à déplacer sa tête, son corps, à fuir et se mettre hors trajectoire des coups du sort. Mais l’âme, le fond même de tout un chacun, peut-elle esquiver sans cesse ? Wozniak, avec une bonne dose de détermination et d’individualisme, tente de fuir, de se mettre à l’écart, de se faire oublier, de disparaître. Il devient maître dans l’art de deviner d’où le coup partira. Il se fait fort de parer et dévier les coups de mou et les coups de sang du quotidien. Mais, les coups de cœur, le pourra-t-il ?

Dans ce roman, tout est possible puisque la fiction s’ouvre sur un quotidien qui pourrait être de nos jours. Le fuyard en cavale fait sa course avec la gendarme, les âges discriminants s’oublient et les complicités se tissent, la voisine aime dans l’ambiguïté et les projets de vie se croisent et se tissent au creux des circuits courts de proximité alors que le rêve de l’envol en Tasmanie reste bien présent.  

Le lecteur pourra se laisser embarquer dans cette histoire qui aurait pu être un polar. Dans les indices semés par l’auteur, il mènera sa propre enquête, suivra ses pistes pour découvrir qu’il est dans un autre genre, celui des romans de vie, de ceux qui remettent en cause les choix, les options privilégiées, les décisions prises, peut-être, mais jamais la volonté de changer les choses. Le lecteur développera alors des sympathies. Il se méfiera des uns ou des autres. Il importera, dans sa lecture, ses propres notions du bien, du mal, du souhaitable et des possibles. Il se fera une idée de la légitimité ou non des protagonistes et se surprendra à réaliser, en fin de roman, que l’auteur l’a laissé là, seul en face de lui-même et de ses valeurs. Car jamais NICOLAS Maleski ne prend parti. Il écrit, caméra en bout de plume, le monde tel qu’il le voit. Il établit des constats, sans jugement !

C’est donc, in fine, ce retrait de l’auteur qui donne au livre sa dimension. Un livre de notre temps, des rêves et des combats qui se mènent et, derrière, des valeurs et une humanité qui demandent à être discutées. A lecteur à prendre le relais.

Note au passage : Je ne sais où l’auteur est allé choisir le nom de son (anti-)héros, ni pourquoi. Mais je me suis amusé à constater que Wozniak est un des patronymes les plus connu en Pologne et que sa signification est liée aux maîtres d’attelages, à la conduite des gens vers d’autres contrées. Le prénom Kamel qui lui est associé montre, dit l’auteur, le mélange des origines de son personnage. Et une nouvelle recherche me propose, pour signification de ce prénom, la perfection. Surtout celle qui réside dans la capacité d’organisation, la souplesse et le sens de la communication.  A lire le roman, on se laisse prendre au jeu de reconnaître au personnage ces diverses facettes.   Ces choix de l’auteur tiennent-ils à un sens approfondi des patronymes, à l’inconscient collectif ? Je ne le saurai probablement jamais.  Curieux, tout de même !

Ce qu’en dit l’éditeur:

« Rien n’indiquait que c’était son jour. Il n’y avait rien de particulier dans l’air. En refermant la porte derrière lui, il savait que c’était la dernière fois. Il n’y avait plus à réfléchir. Sa décision était prise. Il restait à exécuter le plan. Les trottoirs étaient noirs de monde, les magasins happaient et recrachaient les badauds à jets continus. À cet instant il était encore un homme honnête. C’était facile en vérité de basculer dans l’horreur.»

Kamel Wozniak est en fuite. Locataire d’un meublé où pour rester invisible il faut se montrer habile, l’ancien boxeur sur ses gardes tente de se faire oublier le temps d’un été au vert. Mais de qui ? Et où s’arrête son plan B ? Difficile de disparaître dans une petite ville où un garçon comme lui, aux airs de desperado, n’est pas sans piquer les curiosités.

Après Sous le compost, Nicolas Maleski signe un roman qui s’ouvre comme un film des frères Coen, ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.

Un commentaire sur « La science de l’esquive »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s