de Rachel ABBOTT

Editions: Noir Belfond

ISBN: 9782714480828

Ma cote: 8 / 10

Merci à NetGalley, France et aux éditions Noir Belfond pour leur confiance. J’ai été très heureux de découvrir une autrice que je ne connaissais pas.

#CeQuiNeTuePas #NetGalleyFrance

En 10 lignes, max! (Présentation du livre par frconstant)

Stéphanie KING, enquêtrice de la police, se rend pour la deuxième fois dans la maison de Marcus, peintre aussi talentueux que fragile. La première fois, c’était à la mort de Mia, femme de l’artiste. Cette fois, S. King découvre deux corps. Celui de Marcus, mort et celui d’Evie, sa nouvelle compagne, vivante mais tailladée au couteau. Rachel Abbott nous entraîne dans un récit où le vrai sonne faux, le faux paraît vraisemblable et où tout n’est que manipulation, vengeance, violence et rivalité féminine entre Evie et Cléo, la sœur de Marcus qui, toute sa vie, a tenté de le protéger. Un thriller qui trouve sa source au fond d’un monde tordu, laisse croire au lecteur qu’il peut tout de même s’approcher de la vérité et qui, de pied de nez en pied de nez au bon sens, va l’entraîner là où il ne pouvait l’imaginer. Addictif à souhait !

Ma critique:

Mort, violence, manipulation et soif de vengeance sont omniprésentes dans ce roman. Marcus, cet artiste vulnérable ou ce manipulateur violent,  est protégé par sa sœur Cléo. Celle-ci ne peut supporter Evie, la nouvelle compagne de Marcus qui, c’est manifeste, cherche à briser ce lien de famille et à isoler leur amour loin du droit de regard inquisiteur que s’octroie Cléo. Ces deux femmes vont se méfier, se jouer l’une de l’autre et manipuler des bouts de vérité accommodée suivant leurs intérêts divergents.

En suivant le récit et les questions que se pose l’agent Stéphanie King, tour à tour, le lecteur se prend à supporter l’une, voudrait démolir l’autre et se réjouit qu’enfin le Marcus ne puisse plus nuire.  Mais tout bascule, les cartes sont remélangées et le jeu est tout autre… jusqu’au nouveau rebondissement qui ouvre encore une nouvelle voie, un nouveau gouffre, une descente aux enfers. Le lecteur crie victoire, vengeance. Il reprend sa parole et change sa cible. Ses appuis se dérobent… Qui faut-il croire ?

Bref, Rachel ABBOTT réussit parfaitement son coup, nous déstabiliser sans cesse tout en nous forçant à la suivre là où elle veut : au cœur d’une rivalité féminine morbide, au plus profond de l’inacceptation du passé, au milieu de l’abject et d’une soif de justice sous la Loi du Talion. Ses personnages sont admirablement typés. Tous ont leur portrait psychologique qui les identifie. Tous ont des faces cachées qui sèment le doute. A qui faire confiance ?  Rachel ABBOTT nous met en situation d’inconfort, nous propose puis et détruit les repères nécessaires à deviner la vérité. Mais, même assis entre deux idées, le lecteur n’en garde qu’une troisième: poursuivre sa lecture pour connaître la vérité ! 

Une écriture addictive à souhait ! Surtout, ne pas s’en priver!

Ce qu’en dit l’éditeur:

Rivalité féminine, faux-semblants, manipulation et vengeance mortelle… La reine du polar anglais revient en force avec un thriller aussi retors qu’addictif.

Cléo North sait qu’elle devrait se réjouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais œil l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension à se blesser « accidentellement » sans arrêt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnérable, n’avait pas été déjà assez éprouvé par le décès de sa première épouse…

Un soir, un appel à la police, deux corps retrouvés dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglanté. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tourné ?

Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? À travers les voix d’Evie et de Cléo, deux visages du défunt émergent. Pour l’agent Stéphanie King commence l’enquête la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

A propos de l’autrice:

Née près de Manchester, Rachel Abbott vit en Italie. Après Illusions fatalesLe Piège du silenceUne famille trop parfaite et La Disparue de NoëlCe qui ne tue pas est son cinquième roman à paraître en France. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s