de Yasmina Khadra

Editeur: Pocket (7/9/2006)

ISBN: 978 2266 162 691

Ma cote: 8 / 10

Mon avis:

« L’attentat » de Yasmina KHADRA (lu en éd Pocket n°12972) est un livre court, qui se lit vite et facilement. Il n’en pose pas moins quelques bonnes questions sans en forcer les réponses. Le lecteur pourra continuer à les chercher après lecture.
Amine est un chirurgien israélien d’origine arabe. Il a travaillé dur toute la journée. Un kamikaze s’est fait exploser dans un restaurant de Tel Aviv. L’endroit était bourré de monde dont de nombreux enfants. Avec ses collègues, Amine a tenté de réparer ce que l’horreur avait saccagé. Il s’est penché sur de trop nombreux cas, il en a gagné quelques-uns, en a perdu beaucoup plus qu’il ne voulait. Il a fait de son mieux. Il n’en peut plus. Le soir, on le rappelle à l’hôpital. Il y découvre le cadavre déchiqueté du kamikaze. Ce n’est pas un mais une kamikaze, et c’est sa femme.
Amine perd pied. Il est désemparé, refuse la réalité et s’enfonce dans sa colère. Il veut comprendre pourquoi « elle », sa femme, lui a fait ça. Il veut retrouver et confondre « ceux qui lui ont fait ça ». Il se lance, au risque de sa peau, à la poursuite de ces démons, de ces fanatiques, de ces destructeurs de vies. Il va courir à la recherche de ce qu’était vraiment sa femme, à la recherche de sa famille, de ses racines et de lui-même.
La question de « mourir pour des idées » est posée, ici, dans le contexte de la lutte sans fin qui oppose palestiniens et israéliens. Un contexte, somme toute illustratif, la question peut être transposée dans tous les contextes où l’identification abusive à un peuple semble justifier toute action visant la destruction totale d’un autre peuple. Et vice versa !
Ce livre souligne, à la fois, le besoin d’identité et la barbarie que ce dernier engendre. Il invite à prolonger la réflexion…

Ce qu’en dit l’éditeur:

Dans un restaurant de Tel-Aviv, une femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l’hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d’origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l’attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d’urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds : il s’agit de sa propre femme.
Comment admettre l’impossible, comprendre l’inimaginable, découvrir qu’on a partagé, des années durant, la vie et l’intimité d’une personne dont on ignorait l’essentiel ? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien…

« Yasmina Khadra, spécialiste de romans sur fond de terrorisme (…), déploie son talent de conteur pour dresser le tableur saisissant d’un pays rongé par la terreur. » — Mohammed Aïssaoui – Le Figaro

L’attentat a reçu, entre autres, le Prix des libraires 2006, le prix Tropiques 2006, le Grand prix des lectrices Côté Femme et a été adapté au cinéma par le réalisateur Ziad Doueri.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s